Et on reparle de la moto volante…



La moto volante : cette invention dont l’intérêt reste peu évident à saisir, mais qui pourtant agite les cerveaux à intervalles réguliers depuis plusieurs dizaines d’années. Après l’Aero-X présenté aux USA en 2014 et qui devait être commercialisé cette année (pour instant, le décollage commercial n’a absolument pas eu lieu), voici la Scorpion-3, elle aussi volante mais cette fois-ci développée par la société russe Hoversurf.

Comme ses prédécesseurs, l’engin voit ses trains roulants remplacés par des hélices horizontales (quatre en l’occurrence), un peu à la façon d’un drone. Comme ses prédécesseurs, il est capable de s’élever dans les airs et d’avancer, ni trop haut, ni trop vite (altitude et vitesses sont limitées afin de ne pas transformer la moindre panne en crash majeur). Et comme ses prédécesseurs, il invite les investisseurs à se manifester afin de soutenir financièrement le projet jusqu’à la commercialisation. Celle-ci aura-t-elle vraiment lieu un jour ? Quand il est question de vol (fut-ce à moto) et de monnaie, toutes les hypothèses sont permises…

3 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Bonjour Anna,

    Une bonne astuce pour éviter ce désagrément quand on a plusieurs lignes à écrire (et que l’on tape sur le clavier avec des moufles ou avec un seul doigt … rires !!) est de les rédiger dans un autre environnement informatique (Gmail, Word, etc) puis de tout simplement faire ensuite un « copier / coller » sur l’article Moto Revue souhaité sans oublier aussi de répondre comme d’habitude au calcul arithmétique du bas etc …
    Attention : si l’article Moto Revue est ouvert depuis plusieurs minutes il vaut mieux revenir à la page d’accueil puis de rouvrir l’article en question et effectuer ledit « copier / coller » ensuite.
    Au plaisir de te lire !

    Répondre
  2. Bonjour, cher Harry,
    L’astuce, effectivement, je la connaissais mais l’article m’avait interpelée et, de but en blanc, j’y avais laissé mes impressions sans penser que cela me ferait autant écrire.
    Bref, en quelques mots, je disais : les pales = dangereuses.
    L’essai dans un hangar plein d’obstacles = dangereux mais logique car l’engin ne doit pas gérer convenablement les courants d’air dûs au vent.
    Et je terminais par la phrase « cette invention dont l’intérêt reste peu évident à saisir »…
    Avoir une moto collée à la route (et dont le prix des pneus augmente) alors que celle-ci s’affranchit des routes inondées, boueuses, pleines de dangers (pluie, gravillons, verglas…), l’intérêt, selon moi, est évident !
    😉

    Répondre
  3. Bonsoir,
    le phénomène du véhicule volant (auto, moto ou autre, pourquoi pas), même à basse altitude, va donner l’avantage de se jouer des nids de poules et de toute sorte de pièges dont sont truffés nos routes, qui ne serviront du coup plus à grand chose! Sympa!
    Acuellemnt, on est collé au ruban, guidés par des croisements, des panneaux, des feux, des rond-points … un peu comme sur des rails pour imager…
    Par contre, bonjour le bordel si chacun va ou il veut, tirant au plus court dans toutes les directions!
    On risque alors de passer à des engins de transport autonomes en conduite pour régler tous les soucis de circulation et les canaliser ces engins, sans besoin de conducteur peut-être!
    Et le plaisir de conduire disparaitra!
    A nous, il restera le souvenir du plaisir d’une conduite, avec certes des dangers, mais aussi de grands moments de bonheur en prenant le guidon d’une moto que l’on guide.
    Mais pour nos descendants ….
    Bon j’arrète là mon délire et je veux bien l’essayer cette « moto volante », mais je garde quand même ma bécane!

    Répondre

Ecrire un commentaire