L’impression 3D augmente la cadence



L’impression 3D métal n’est utilisée dans l’industrie moto que de façon marginale (essentiellement pour du prototypage, un peu en compétition et très rarement en production). Mais son usage pourrait être démultiplié dans les années à venir. La société Desktop Metal vient, en effet, de dévoiler une technique d’impression 3D métal annoncée comme étant révolutionnaire.

Alors que jusqu’à présent, l’impression 3D métal procédait par addition de couches de poudre de métal, fondues graduellement au laser, il s’agirait là d’utiliser un four susceptible de figer des polymères de métal et de céramique dans des formes complexes (photo). La révolution tiendrait dans la rapidité du procédé, décrit comme étant environ 100 fois plus rapide que l’actuel et beaucoup moins coûteux. De quoi concurrencer les techniques industrielles de moulage ou de fraisage, souvent trop chères pour les petites séries, mais aussi bouleverser l’organisation des SAV, le concessionnaire pouvant directement imprimer la pièce au lieu de la commander. On n’en est pas encore là, mais l’idée de Desktop Metal n’a manifestement rien d’un doux rêve puisqu’elle vient de permettre une levée de fonds de quelque 115 millions de $…

2 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. De la bonne info maltraitée !

    Bibi lecteur attend des bibilles concernant le procédé révolutionnaire en question, l’entreprise qui est derrière (française ? Européenne ? General Electric ?), l’usage de la 3D en aviation ou dans l’automobile (par comparaison), les pièces les plus susceptibles d’être dupliquées, sur l’intérêt pour moi (promesse de nouveaux emplois ? Baisse des prix en SAV ? Espoir de l’autoproduction dans ma piaule ? Mort des casses ?) et les limites de l’affaire (achat de la matière première et des machines par les garagistes et concessionnaires, piratage des données, garantie constructeur…).

    Répondre
  2. Si Tonton Tata était un bibi lecteur attentif, il se souviendrait peut être que MR a déjà consacré aux imprimantes 3D métal, un autre article, plus détaillé. S’il est un bibi lecteur débrouillard, peut-être parviendra-t-il même à le retrouver grâce au moteur de recherche de ce site. En bibi lecteur avisé, il comprendra probablement que dans une brève, on ne peut inclure le contenu d’une encyclopédie. Et, bibi lecteur enfin affranchi, peut-être ouvrira-t-il son prochain message par une formule un peu plus courtoise.
    Mais Tonton Tata est-il un bibi lecteur de cette envergure ?
    Mystère.

    Cordialement

    Thomas

    Répondre

Ecrire un commentaire