Warning: session_start(): Unable to clear session lock record in /var/www/sites/wordpress_project/motorevue_prod/wordpress/wp-content/themes/supernews/functions.php on line 651

Warning: mysqli_query(): MySQL server has gone away in /var/www/sites/wordpress_project/motorevue_prod/wordpress/wp-includes/wp-db.php on line 1877

Warning: mysqli_query(): Error reading result set's header in /var/www/sites/wordpress_project/motorevue_prod/wordpress/wp-includes/wp-db.php on line 1877
Deux-temps : le changement, c'est maintenant - Moto Revue

Deux-temps : le changement, c’est maintenant



On le croyait condamné à disparaître du fait de l’évolution des normes antipollution, mais le deux-temps va se donner de quoi jouer une prolongation durable. KTM et Husqvarna sortent en effet en juin leurs premiers modèles injectés électroniquement.

Une bonne partie des 125 se sont pris Euro 4 en travers du guidon et les cylindrées supérieures n’ont pas de quoi passer Euro 5, prévue pour 2020. Pour le deux-temps, quasi disparu des gammes routières mais présent en enduro et en cross, l’avenir semblait, jusqu’à il y a peu, on ne peut plus bouché. Mais l’horizon s’éclaircit. Un horizon plutôt proche d’ailleurs. KTM et sa désormais cousine Husqvarna viennent d’annoncer la sortie, pour cet été, de leurs premières machines d’enduro injectées électroniquement. L’injection électronique sur un moteur deux-temps n’est pas une nouveauté. Depuis une grosse quinzaine d’années, Aprilia y recourt sur le SR 50 « Ditech », un petit scooter de 49 cm3. Du côté de la motoneige, d’autres constructeurs (Yamaha, Rotax…) y souscrivent. En quoi la technologie KTM est-elle innovante ? Aucun détail technique n’a été officiellement communiqué pour l’instant. Pour autant, plusieurs infos nous sont parvenues, qui permettent de dessiner le profil de cette nouvelle et prometteuse génération de deux-temps.

Léger et peu encombrant
Une injection directe dans la culasse : la solution a le mérite d’avoir déjà été éprouvée (dans le domaine de la motoneige) et d’offrir de la performance. Ce n’est pourtant pas celle qui a vraisemblablement été retenue par KTM. Pour des raisons d’encombrement et afin de limiter la complexité du dispositif (notamment l’usage d’une pompe haute pression), la firme autrichienne a, d’après nos infos, privilégié une injection directement dans les conduits du cylindre. Le bloc ainsi conçu garderait l’encombrement et le poids d’un moteur à carburateur.

Plus aucune fumée
KTM aurait essayé d’injecter du mélange, mais ce n’était pas probant. Ces nouveaux deux-temps bénéficient donc d’un graissage séparé (un réservoir d’huile est installé). Point positif : selon ce principe, la lubrification se fait sans apport d’essence, ce qui permet d’optimiser le graissage et d’utiliser moins d’huile. D’après nos infos, le ratio huile/ essence descendrait sous les 1 %. Et d’après les retours d’essais des derniers prototypes, ces deux-temps ne fumeraient plus.

Prévu pour Euro 5 et plus…
Ce n’est bien sûr pas seulement pour passer Euro 5 que KTM bosse sur le deux-temps injecté depuis 5 ans. D’après ce que l’on sait, cette technologie est pensée pour passer (au moins) également Euro 6. Tout comme la consommation d’huile, celle d’essence est annoncée en baisse. Reste à savoir dans quelle mesure.

Plus d’agrément qu’un deux-temps à carbu
Le même comportement qu’un deux- temps classique, mais avec plus de rondeur et de frein moteur. C’est ce qui transparaît des premiers retours d’essai. Un moteur qui, en outre, tourne rond, même à froid : plusieurs capteurs reliés à un calculateur adaptent le flux d’air et d’essence en fonction des conditions extérieures.

Un jour sur la route ?
C’est évidemment pour l’off-road que KTM a développé le deux-temps injecté. Reste que la firme autrichienne a désormais un bon pied sur la route. De là à transférer cette technologie sur une (petite) partie de sa gamme routière ? Techniquement, rien ne semble s’y opposer (au contraire, les partie- cycles routières offrent plus d’espace que leurs homologues off-road pour intégrer ce dispositif). La firme autrichienne n’a toutefois pas laissé entendre qu’un deux-temps routier est dans ses cartons. Mais KTM n’en est qu’aux prémices de sa communication sur le sujet, et manifestement, les Orange veulent en maîtriser le calendrier scrupuleusement.

7 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Cette rubrique est parfaite pour te saluer, mon Couz
    Une ode aux deux temps qui ont marqué ta vie, depuis ta Ducat 2T à ta Gamma, démontée et remontée tant de fois, depuis tes Husky big size jusqu’à ton bébé ultime, ta H2 toute d’origine enfin terminée.
    Ces deux temps qui ont marqué ta vie, ta vie de motard, ta vie qui s’est tirée et nous laisse pantois, si cons et si tristes.
    Ciao mon Couz, t’es à peine parti, mais déjà tu nous manque grave.
    Repose en paix, enfin en paix

    Répondre
  2. Salut Duke, tu sais, je t’ai comparé a Lassalle sur un autre fil.
    Il m’a fait marrer, l’autre jour: le journaliste lui demande « monsieur Lassalle, il vous manque quoi pour gagner? »
    Et l’autre du tac au tac : « 49% ».
    A 49%, on peut encore se marrer, a plus de 51%, c’est plus dur…
    Je suis sur que ton couz’ te manque a 100%,je ne le connaissais pas, mais… je suis désolé pour toi

    Répondre
  3. jadis , oui on a interdit le 2 temps + par motophobie que par polution……………vous en avez la preuve aujourdhui !! avec le diesel qui lui est soit disant propre !! , mais véhicule considéré du peuple type famillial + représentatif de la populaçe ; la moto est un moyen de espace de libertée que nos cher et absurdes élus , réprouves…………. en effet la médiocrité ne ce juge pas au niveau d études …..no comments !!

    Répondre

Ecrire un commentaire