Nouveauté 2016 – Indian Springfield : L’Indian aux deux visages

Indian Springfield 2016 ©DR


Touring ou Cruiser ? Cruiser ou Touring ? Une question qui n’a plus lieu d’être avec la nouvelle Indian Springfield qui, en quelques secondes passe d’une configuration à l’autre. Présentation de cette Indian aux deux visages…

Marque américaine de motos fabriquées de 1901 à 1953 à Springfield dans le Massachusetts, Indian souhaite rendre hommage à son lieu de naissance avec cette nouveauté 2016, la bien nommée Springfield. Développée pour surfer sur la gamme Touring du constructeur, il est aussi possible de la transformer en un Cruiser en démontant simplement – et sans outils ! – son pare-brise ainsi que ses sacoches rigides. Sur le coup, l’Indian Springfield joue la carte de la polyvalence à fond, se payant de ce fait le luxe de jouer sur deux tableaux et ainsi attirer plus de monde. D’autant plus que sa selle est logée à 660 mm du sol.

Si au premier coup d’œil, on semble reconnaître le Bagger Chief Vintage, Indian annonce cependant que son dernier bébé – 372 kilos à sec tout de même ! – a été développé à partir d’un châssis spécifique lui permettant d’adapter un coffre optionnel, pour des vraies capacités Touring. De série, l’américaine embarque un freinage ABS, un système de surveillance de la pression des pneus (TPMS) ainsi qu’un régulateur de vitesse.

Son bloc moteur n’est autre que le fameux Thunder Stroke 111. Avec ses 1 811 cm3, le twin tracte fort et propose un couple de plus de 14 mkg dès 2 600 tr/min. Côté amortissement, la Springfield adopte une suspension à air offrant un débattement de 114 mm à l’arrière. Pour l’avant, on y retrouve une fourche conventionnelle avec 119 mm de débattement. Côté réservoir, ce sont 20,8 litres d’essence qui seront embarqués une fois le plein réalisé.

Comme toujours sur ce genre de moto, une large gamme d’accessoires sera disponible comme un pare-brise haut ou bas, des selles pilote et passager chauffantes, des poignées chauffantes, un coffre assorti à la couleur de la machine de 64 litres de contenance, une sacoche de guidon en cuir ou encore un échappement Remus pour des vocalises plus rauques. Disponible contre 27 000 €, l’Indian Springfield sera proposée en « Thunder Black » (noir) et « Indian Motorcycle Red » (rouge).

Steve Menneto, « President of Motorcycles » chez Polaris Industries : « La nouvelle Indian Springfield n’est pas seulement là pour compléter la gamme, elle offre l’accord idéal entre un Touring et un Cruiser à tous les pilotes amateurs de la légendaire histoire d’Indian Motorcycle et de sa qualité premium. La polyvalence inégalée de la Springfield va gagner le cœur des puristes de la moto dans le monde entier. » On fera les comptes après une année complète de commercialisation…

Indian Springfield 2016 ©DR

Indian Springfield 2016 ©DR

Indian Springfield 2016 ©DR

Indian Springfield 2016 ©DR

Indian Springfield 2016 ©DR

Indian Springfield 2016 ©DR

Indian Springfield 2016 ©DR

Indian Springfield 2016 ©DR

Indian Springfield 2016 ©DR

Indian Springfield 2016 ©DR

Indian Springfield 2016 ©DR

Indian Springfield 2016 ©DR

Indian Springfield 2016 ©DR

Indian Springfield 2016 ©DR

Indian Springfield 2016 ©DR

Indian Springfield 2016 ©DR

Indian Springfield 2016 ©DR

Indian Springfield 2016 ©DR

Indian Springfield 2016 ©DR

Indian Springfield 2016 ©DR

Indian Springfield 2016 ©DR

Indian Springfield 2016 ©DR

Indian Springfield 2016 ©DR

Indian Springfield 2016 ©DR

Indian Springfield 2016 ©DR

Indian Springfield 2016 ©DR

Indian Springfield 2016 ©DR

3 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. 372 kilos à sec + les 20 litres de carburant + les accessoires potentiels on avoisinerait les 400 kilos ?
    J’ose même pas aller chez un concessionnaire pour l’essayer car si elle m’échappe au feu rouge (oh, la honte) je suis incapable de la relever.
    Ceci dit ce doit être le pied de rouler avec mais là bas, tout là bas … aux States quoi !!

    Répondre
    1. Que nenni !
      Pour avoir essayé la Roadmaster qui est plus lourde que celle la, je peux t’affirmer la facilité de conduire ces grosses bécanes.
      Le moteur est d’une souplesse incroyable (on peut démarrer en troisième sans caler !) et d’une vigueur réjouissante !
      Vraiment, il faut essayer !

      Répondre
  2. Heureux possesseur depuis peux d’une Darkhorse et ayant essayé une roadmaster, je confirme la maniabilité de ces machines. Il faut juste éviter de se garer en pente en avant car la manoeuvre pour sortir peut se transformer en séance de muscu 😉

    Répondre

Répondre à HarrySeldon Annuler la réponse.