Honda promet un avenir survolté



Plutôt discret jusqu’à présent sur le segment du deux-roues électrique, Honda entend cependant y peser de tout son poids dans les dix ans qui viennent.

C’est le P.-D.G. de la firme lui-même, Takahira Hachigo, qui l’a annoncé en début de mois, donnant au passage quelques précisions sur ce plan de conquête électrique.

Un scooter l’année prochaine
Dans un premier temps, à l’horizon 2018, c’est un scooter électrique que la marque compte lancer. Un scooter qui devrait reprendre les lignes (et les grandes roues) du concept EV-Cub présenté en 2015: une machine pensée pour les trajets urbains et d’une puissance modeste.

Hybridation et batteries amovibles pour les « grosses cylindrées »
Mais les motos ne sont pas oubliées pour autant. Celles-ci sont prévues à l’horizon des trois prochaines années avec du full électrique à batteries amovibles mais aussi de l’hybride (à l’œuvre très probablement sur une version de la prochaine GoldWing). Détail saisissant : selon Hachigo, à l’horizon 2030, ce sont les deux tiers de la gamme Honda (incluant certes autos et deux-roues) qui devraient carburer en totalité ou en partie à l’électrique.

Objectif « esprit off »
Et la marque ailée ne compte pas s’arrêter là : en plus de ce basculement vers l’électrique, celle-ci entend faire (comme beaucoup de ses concurrents, cela dit) le forcing sur l’autonomisation de ses véhicules. Avec des voitures autonomes sur autoroutes dès 2020, mais aussi des deux-roues capables de rester en équilibre seuls (comme l’a montré le proto Riding Assist en début d’année). Honda espère atteindre à l’horizon 2025 une autonomie de niveau 4 définie comme « l’esprit off », c’est-à-dire permettant le cheminement du véhicule pendant une sieste de son conducteur. Dans l’échelle actuelle de l’autonomisation, ce niveau 4 est considéré comme l’avant-dernier, le cinquième correspondant à un véhicule affranchi de tout contrôle humain. Mais de ce niveau, le boss de Honda n’en a prudemment pas parlé…

Ecrire un commentaire