Honda présente une CB150R ExMotion alléchante en Thaïlande



Honda Thailande A.P. a levé le voile sur une nouveauté pour le moins craquante. La Honda CB150R Ex Motion est un petit roadster sportif particulièrement attrayant. Sa cylindrée hypothèque ses chances de venir en Europe, mais sait on jamais.

C’est un fait, Honda AP Thailande dévoile régulièrement des concepts vraiment intéressants, voire des nouveautés attrayantes, mais malheureusement souvent réservées au marché domestique (ou voisin). Cette fois-ci, la très active branche Thailandaise a montré la CB150R Ex Motion, un nouveau roadster haut de gamme dans cette catégorie, qui sera commercialisé dans les semaines à venir.

Honda CB150R : Elle aurait sa place en 125 en France !

La CB150R présente une belle ligne moderne et un équipement complet et luxueux comme par exemple une fourche inversée de 41 mm de diamètre empruntée au X-ADV, un étrier de frein avant radial Nissin assorti d’un ABS dernière génération. Le moteur, un monocylindre refroidi par eau à double ACT et 4 soupapes, reçoit une injection PGM-FI comme la plupart des modèles importés en Europe. Pour le moment, Honda Thailande n’a pas divulgué la valeur de puissance, qui devrait tourner aux alentours des 20 chevaux ; En revanche, la présentation a fait mention d’un respect des normes internationales alors que ce nouveau moteur serait déjà conçu pour les normes futures Euro 5 et 6. Voilà une bonne nouvelle qui laisse à penser que, décliner dans une cylindrée de 125 cm3, cette CB Ex Motion aurait tout à fait sa place en Europe et en France tout particulièrement. Affaire à suivre !

Avec Moto-Station

14 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Donc une future CB125R pour chez nous ?

    Au passage, un grand merci pour la nouvelle rubrique « 125 » du dernier MR. Parce que c’est une vrai galère pour les parents que d’aider leurs minots dans la recherche d’une 125 aujourd’hui.
    Car comme dit (en substance) Bertrand dans l’article : Nous, quarantenaires, avons été éduqués avec des 125 pisse-feu, 35ch pour 130 kg directement inspirés des GP de l’époque.
    Alors difficile de conseiller les minots d’aujourd’hui quand les catalogues ne nous proposent plus que des trucs qui ressemblent à des tréteaux à moteur de tondeuse, à mille lieues de ce qu’on a connu. Qui plus est impossibles à voir, ni en concession, ni lors des quelques salons.

    Répondre
    1. Pas vraiment d’accord avec toi , j’ai débuté à moto sur une
      Honda 125 mk3 qui devait faire dans les 15 cv pour 140 kg.
      J’ai tout appris avec à tel point que je suis passé direct de
      cette 125 à une Kawa 400 S3 en coupe Kawa !
      Il existe de très belles 125 sur le marché comme la Yam
      125 yzf-r ou la katoche 125 rc qui sont magnifiques et pour
      apprendre c’est parfait selon moi , on peut même participer
      à des championnats sur circuit avec ces petites bécanes !

      Répondre
      1. La Yam 125 yzf-r ou la katoche 125 rc sont, pour moi, de parfaites inconnues, n’ayant baigné que dans un environnement trusté par les Gilera SP01, Aprilia RS, Yam TZR, Cagiva Mito, tous des 2T survitaminés.
        Donc, quand le fiston cherche ce qu’il pourrait prendre en tasse à thé l’année prochaine, je sèche. Les visites chez les concessionnaires me faisant juste perde mon temps car ils n’en ont rien à carrer si on ne leur parle pas de scooter…
        Et malheureusement, quand on regarde les catalogues, les petits mono 125 4T me font vraiment l’effet de moteurs pour tondeuses, tous identiques, montés dans des parties cycles surdimensionnées par rapport à leur faible patate qui pourraient encaisser 30 bourrins de plus.
        Quand en plus on jette un oeil sur les tarifs, on se dit que pouvoir au moins grimper dessus (je ne parle même pas d’essai) et les détailler serait un minimum.
        Comme rien de tout cela n’est possible, je félicite MR pour son initiative parce que ça me permettra d’avoir au moins un début d’avis sur la question.
        Dans l’essai de la Suz du numéro actuel, j’ai tout de suite vu le truc rédhibitoire : le volet de fermeture du neiman. Pour l’avoir eu sur un scoot de loc (honda jeséplukoi) c’était une telle source d’emmerdes que je n’ai jamais verrouillé la direction du scoot de toute la durée de la loc. Donc je sais déjà que la Suz, c’est niet.

        Répondre
  2. Sacré Bob ! un voyage dans le temps… des 2 temps ! ça a du sentir la Bellray motolube chez toi (^_^)

    Les quarantenaires ont aussi connu avant la RS et la Mito, la sublime Cagiva Freccia / design by Tamburini, l’Aprilia de l’époque (1987) c’était la AF-1 replica, puis la Sintesi (avec son monobras « breveté par Elf » ), puis la RS 125, et enfin la RS4 125 aujourd’hui….
    Sans oublier la Gilera Mx-125 et la SP-01…
    😉 win, wiiiin, WIIIIIIIIIIINNNNNNNNNNNNNNNNN !

    Répondre
    1. ahhh… l’odeur de la Bel Ray au petit matin… 😉
      J’avais aussi un faible pour la Castrol et son odeur de ricin (me demande pas le type d’huile, c’est loin tout ça).
      Ca l’a senti longtemps dans le garage, puisqu’après les 125 (et en plus des 4T), y’a eu une TDR240 et une NS400. Et j’ai longtemps rêvé d’un V2 Bimota.
      J’ai aussi admiré la 500RG de Motodépot en endurance. Se fritter aux RC30 et Gex, même si le combat était quasi perdu d’avance, fallait oser.
      Mais comme tu dis, c’est un voyage dans le temps. Aujourd’hui c’est… bah c’est aujourd’hui quoi. Autres temps, autres moeurs comme dit l’autre.

      Répondre
    1. Salut Circuit Paul Ricard !!
      Merci pour les 2 très belles photos, une belle époque ces bécanes.
      Quand je pense que les mômes de maintenant bavent devant des scooters de merde … snif !

      Répondre
      1. faut dire aussi…
        Les mômes de maintenant bavent devant ce qu’on leur propose. Et on ne leur propose plus rien.
        Nous sommes une espèce de dinosaures en voie d’extinction, nous avons eu la chance de vivre une époque où c’était la performance qui guidait les constructeurs, qui était le leitmotiv de l’achat.
        On s’en foutait que ce soit confortable, qu’il y ait une montre et un témoin de rapport engagé, de l’abs, aux normes euro mékouil… Fallait que ça pousse, encore, toujours plus, et que ça freine (quand même un peu). Fallait aussi que ça ressemble aux bécanes de GP, si possible aux couleurs du cigarettier (diantre, que n’ai-je pas dit là, une marque de clope sur une moto…). T’avais la bécane la plus cool, t’avais la fille la plus cool, simple.
        Mais tout a été sacrifié sur l’autel du politiquement correct. Fini les perfs, les clopes. Même MR refait l’Histoire en gommant de ses photos les cigarettiers, c’est limite honteux.
        Donc, le seul moyen de faire rêver les gamins c’est que nous leur montrions ce que c’était, en espérant qu’ils choppent, la flamme, le virus, et qu’ils essaient de retrouver, par l’intermédiaire des motos d’occasion, le parfum de liberté qui existait alors. C’est une véritable transmission de flambeau.
        Pour citer un duo célèbre, pourfendeur du code de la route : « nous sommes en mission pour le seigneur » 😉

        Répondre
  3. Il y a quelques z’années déjà, j’allais bosser tôt un matin d’été, et j’envoyais de belles traj’ de virages en ronds points, encore trop tôt pour la foule sur la route.
    Je sens, je sniffe quoi quoi quoi du ricin ?
    J’accélère sans rattraper la silhouette entr’aperçue dans les bouts droits.
    Je finis par me poser à côté de lui, au seul feu de notre trajet.
    Une 400 3 cyl Honda époque NSR, dépouillée, plutôt crade, qui sonnait super bien, le mec hilare sous son casque, qui m’avait déjà repéré …
    Départs canon, salut et bonne journée !!!
    Tranche de vie.
    Quinze ans après , j’m’en souviens encore, de son ricin

    Répondre
    1. Tu m’étonnes que ça virvoltait d’un virage à l’autre ce truc, avec son pneu de 110/90 arrière. J’avais monté un 130 pour faire plus course.
      aujourd’hui, même une mob ne voudrait plus d’un pneu aussi étroit. Trop de patate à faire passer, sans doute.

      Répondre

Ecrire un commentaire