Giacomo Agostini : « Si tu poses la question à Valentino… »



À 67 ans, Giacomo Agostini demeure le recordman de victoires en Grands Prix. Titré à quinze reprises entre 1966 et 1975, dont huit fois dans la catégorie reine, l’Italien est monté 122 fois sur la plus haute marche du podium. Lors du Grand Prix de Saint-Marin, il s’est confié à Michel Turco, l’envoyé spécial de Moto Revue, qui lui a notamment demandé qui était le plus grand pilote de tous les temps…

Giacomo, penses-tu que Valentino puisse battre ton record de victoires en Grands Prix ?
Il en a la possibilité… Il va essayer, c’est normal. Je ferais pareil si j’étais à sa place… Maintenant, j’espère quand même qu’il ne va pas y arriver.

Peut-on comparer ton époque à la sienne ?
Tu sais, gagner, ça a toujours été difficile. Quelle que soit l’époque, tu dois donner 100 % de ton potentiel, tu dois te battre. La différence, c’est qu’à mon époque, je perdais un ami chaque semaine… Aujourd’hui, ce n’est plus le cas, et l’on ne peut que s’en réjouir.

Alors, qui est le plus grand ?
Si tu poses la question à Valentino, il te dira que c’est lui. Si tu pouvais la poser à Mike Hailwood, il te dirait que c’est lui. Phil Read pense qu’il est le meilleur… Alors, c’est normal que je pense moi aussi être le plus grand.

Qui vois-tu pour succéder à Valentino Rossi ?
Je pense bien évidemment à Jorge Lorenzo. Il n’a que 22 ans et possède un énorme talent. Il n’a peut-être pas le même charisme que Valentino, mais ce qui fait un grand champion, ce sont avant tout les victoires. Et à ce niveau-là, je pense que Jorge a les moyens de rentrer dans l’Histoire.

Quel regard portes-tu sur ce qu’est devenu le monde des Grands Prix ?
Tout change… C’est le progrès. On ne peut rien y faire. C’est sûr que l’atmosphère est très différente aujourd’hui de ce qu’elle était il y a trente ans. À mon époque, l’ambiance était plus familiale, nous étions plus unis. Mais il faut dire aussi que nous étions entre 7 et 10 par équipe. C’était plus facile pour connaître tout le monde. Aujourd’hui, un team MotoGP tourne avec une trentaine de personnes. On ne peut pas partager les mêmes choses en étant aussi nombreux.

Cet entretien est extrait d’un long reportage sur le championnat du monde MotoGP publié dans le Moto Revue n° 3866, en kiosque jusqu’au 23 septembre inclus.

Un Commentaire - Ecrire un commentaire

  1. … les pros Rossi on vous entends plus quand Giacomo ne dis pas que c’est Rossi le plus fort :o))))))))))
    Alors Tilleul tu ne l’insultes pas Giacomo quand il ne fait pas l’éloge de ton champion ?

    JM

    Répondre
  2. … les pros Rossi on vous entends plus quand Giacomo ne dis pas que c’est Rossi le plus fort :o))))))))))
    Alors Tilleul tu ne l’insultes pas Giacomo quand il ne fait pas l’éloge de ton champion ?

    JM

    Répondre

Ecrire un commentaire