MotoGP Brno : Les réactions des pilotes

Podium MotoGP Brno © Jean-Aignan Museau


Voici les principales déclarations des pilotes à l’issue du Grand-Prix de République tchèque, théâtre de la superbe première victoire de Cal Crutchlow en Grand Prix. Réactions !

Cal Crutchlow : « La plus grande émotion que j’ai pu vivre date de trois semaines et de la naissance de Willow (sa fille et premier enfant) mais je dois dire que cette journée est la meilleure de ma carrière de pilote. Je suis vraiment très heureux pour mon team. Nous avons travaillé dur pour en arriver là et j’avais fait un pari. Nous n’avons pas été beaucoup à le faire et tous les autres sont des ‘mauviettes’ ! Quoi qu’il en soit, nous avons été les meilleurs aujourd’hui et je suis très content pour le team. J’avais détruit ma moto hier, ils avaient dû rester au circuit jusqu’à minuit et ce résultat est une belle façon de les remercier. J’ai failli chuter dans le virage 10 en passant la sixième au lieu de la cinquième mais je savais que Valentino ne revenait pas sur moi, j’ai donc assuré sans prendre de risque. Remporter cette course est incroyable mais j’ai déjà eu mon plus cadeau il y a deux semaines. »

Valentino Rossi : « Je désespérais en début de course parce que je pensais que nous avions fait une erreur en choisissant ce pneu. Mais après, le pneu dur est tour après tour devenu meilleur et la course a été très longue. Il fallait rester concentré et ne pas faire d’erreur. Ça a été une excellente course et je suis très content de prendre ces vingt points parce que je suis maintenant deuxième au Championnat et que je pense que nous avons fait du bon travail. Et nous avions fait le bon choix de pneu. Malheureusement, nous n’avions pas choisi le pneu dur à l’avant. Mon feeling avec le tendre n’avait pas été bon le matin et je n’ai pas pris autant de risques que Cal. »

Marc Márquez : « Ce dimanche nous n’avions pas la meilleure stratégie. Je n’ai pas opté pour le bon pneu, mais c’était ma décision car je m’attendais à une course flag-to-flag. Je pensais que la piste allait vite sécher mais ce ne fut pas le cas, probablement à cause de l’humidité présente dans l’air. C’était du coup impossible de passer les slicks. Quand j’ai réalisé, à dix tours de la fin, que la piste allait rester mouillée, j’ai alors essayé de ménager mes pneus. Je cherchais les moindres parcelles humides en piste. Quand Cal et Valentino m’ont passé, je me suis rendu compte qu’ils avaient des pneus durs et je me suis dit : ‘Ok, oublie ! Ils ont plus de grip que toi de toute façon.’ Je me suis alors concentré sur les deux Ducati. À quatre tours de la fin j’ai pu les attaquer et m’emparer du podium. Compte tenu de mon choix de pneus, cette troisième place est donc un bon résultat. Je me sentais à l’aise sur le mouillé comme sur le sec, c’est la chose la plus importante et c’est un bon point pour le Championnat. »

Loris Baz : « Depuis le Grand Prix d’Allemagne, je savais que si une nouvelle course sur le mouillé se présentait, il fallait être attentif à la quantité d’eau sur la piste, en particulier pour le choix du pneu avant. Le pneu tendre, j’ai tendance à le détruire plus rapidement et à perdre le feeling. Au warm-up, je m’étais senti à l’aise sur le tendre, mais il s’est arrêté de pleuvoir. J’ai donc vraiment voulu partir avec le pneu dur à l’avant. J’ai hésité pour le choix à l’arrière, mais Adrien (Morillas) m’a conseillé le dur. C’était un pari, car il ne fallait pas qu’il pleuve de nouveau. J’ai perdu un peu de temps en début de course pour doubler certains adversaires. C’est pour cette raison que je ne suis pas parvenu à suivre Crutchlow et Rossi dans leur remontée et que je n’ai pas terminé sur le podium. Je suis remonté progressivement jusqu’à la 6e place. J’ai ensuite vu que le podium n’était pas loin. Marquez a été bien panneauté et il a augmenté son rythme dans les deux derniers tours, le temps que je double Iannone et Hector. Je termine à deux secondes du podium, ce sera pour la prochaine fois. C’est la meilleure façon de remercier l’équipe pour le contrat de la saison prochaine. Je n’étais pas présent à Barcelone lorsque Luis (Salom) a disparu tragiquement. Je voulais vraiment décrocher un bon résultat pour le lui dédier, et aujourd’hui, j’y suis arrivé. J’ai d’excellents souvenirs à Silverstone pour y avoir gagné en WorldSBK en 2012 et 2013. Nous retrouvons peu à peu la confiance et depuis l’Autriche, nous remontons sans cesse la pente. »

Héctor Barberá : « Je suis content parce que nous avons fait une excellente course. J’ai eu un souci technique sur le douzième tour et j’ai été un peu limité sur les dix derniers. J’ai essayé de faire de mon mieux, de préserver mes pneus, mais j’ai eu des problèmes en fin de course. Quoi qu’il en soit, je suis satisfait parce que nous sommes de plus en plus proches des autres et qu’un grand résultat arrivera tôt ou tard. Je tiens aussi à féliciter Loris, je suis très content pour lui parce que c’est un gars bien et que le début de la saison a été dur pour lui. »

Andrea Iannone : « Je suis déçu de l’issue de la course car je pense que nous avions un énorme potentiel une fois de plus ce dimanche. Je n’ai pas trop attaqué en début de course de telle sorte à pouvoir préserver mes pneus. Je pointais toujours en tête à sept tours de la fin, c’est à ce moment précis que le pneu avant a commencé à montrer quelques signes de faiblesse. D’autres pilotes comme Andrea, Scott ou encore Jorge avaient eu ce même problème auparavant, peut-être parce qu’ils avaient un peu trop tapé dans leur pneu avant au départ. De mon côté, j’avais une avance assez conséquente, je pouvais continuer à aligner de bons tours sans attaquer. C’est vraiment dommage que la course ne se soit pas passée comme nous l’aurions voulu. »

Jorge Lorenzo : « C’est dommage. Je faisais une bonne course plus ou moins. J’avais juste quelques difficultés au freinage en début de course lorsqu’il y avait plus d’eau. Je n’avais aucun grip, tout particulièrement à l’arrière, en sortie de virage. La prudence était de mise et c’est pour cette raison que plein de pilotes m’ont passé. J’étais assez loin des leaders, mais quand la piste s’est mise à sécher, j’ai senti une nette amélioration avec mon pneu arrière et j’ai repris confiance. À sept tours de la fin, le pneu avant s’est soudainement détérioré. J’ai dû changer deux fois de moto et je n’ai pas pu faire mieux que 17e. Valentino avait joué de malchance au Mugello. Ce fut mon tour ce week-end. Nous devons travailler pour éviter que ceci se reproduise. »

Ramon Forcada, chef mécanicien de Jorge Lorenzo : « Jorge est rentré au box car il avait un problème avec le pneu avant. La moto se comportait bien, Jorge était presque le plus rapide en piste mais il y avait ce petit un souci avec le pneu avant. Alors il a changé de moto, nous en avons profité pour changer le pneu en question et quand il est revenu, il a repris sa moto. Nous savions que dans ces conditions il était impossible de rouler en slicks, la seconde moto était juste prête au cas où la piste se mettait à sécher. Dovizioso était lui en intermédiaires et faisait des temps au tour en 2’32, 2’34. Il était donc clair que les pneus pluie demeuraient le bon choix. C’est malheureux mais nous avons juste eu un problème. Nous avons fait ça pour éviter que Jorge ne patiente au box le temps de changer le pneu avant. »

Un Commentaire - Ecrire un commentaire

  1. Bonjour à vous tous,

    Merci de toujours nous apportez ces réactions que je lis avec grand plaisir.

    Dommage que les réactions des AUTRES PILOTES FRANÇAIS ne soient pas retranscrites. Les supporters et partenaires techniques ou financiers actuels et futurs apprécieraient.

    Bonne lecture

    Répondre

Ecrire un commentaire