MotoGP Motegi : les réactions des pilotes



Voici les principales déclarations des pilotes après le Grand Prix du Japon remporté par Andrea Dovizioso.

Andrea Dovizioso : « Au début, je ne voyais rien du tout. Je devais doubler de nombreux pilotes, car il y avait bien trop d’eau et je peinais à voir les repères de freinage. J’ai bouclé deux premiers tours corrects, mais, probablement parce que les pneus n’étaient pas encore en condition, je n’ai pas pu être incisif. L’avant se comportait toutefois très bien et il me permettait de freiner plus fort. Je ne me sentais pas vraiment à l’aise, mais je n’ai pas baissé les bras. J’étais de plus en plus rapide et j’ai pu évaluer mes points positifs comme négatifs. Nous avons livré une excellente bagarre à la fin. Marc est toujours très agressif et il est difficile de rivaliser contre lui. À six tours du drapeau à damier, mes pneus étaient usés et j’ai beaucoup souffert. Il a essayé de tenter quelque chose, mais il était déjà au-delà des limites et j’ai pu le rattraper. Je savais que le virage n°11 était ma chance. J’ai négocié la sortie du virage précédent derrière lui et ma moto freinait mieux que la sienne. Il restait malgré tout deux virages où tout pouvait arriver. Gagner cette course est important pour le Championnat. Nous savons que Marc est difficile à battre, mais comme je l’ai dit nous essaierons jusqu’à la fin. »

Marc Marquez : « C’est génial, on ne sait pas qui va gagner ce Championnat. C’est excellent de se battre comme nous l’avons fait aujourd’hui sur le mouillé. Pour moi, terminer second est correct, car nous restons en tête du général. Toujours est-il que j’ai pris beaucoup de risques. Nous savions que cela allait être compliqué sur ce tracé. Ducati et en particulier Dovizioso y sont très rapides chaque année. Nous n’avons essayé et je me sentais à l’aise sur le mouillé. Il y avait davantage d’eau sur la piste en course, compliquant légèrement la situation. J’ai forcé sur quelques tours, mais j’ai remarqué que Dovi’ était également rapide. Il y a ensuite eu cette erreur au huitième virage. Je sentais que ma moto bougeait à l’aspiration derrière lui et il était plus fort au freinage. J’ai tenté, comme en Autriche… Je suis heureux, nous devons continuer ainsi, car nous sommes sur la bonne voie. »

Danilo Petrucci : « J’étais à l’aise durant les premiers tours, mais je n’attaquais pas pour autant. Je faisais en sorte de conserver un écart de deux secondes sur mon poursuivant. Et puis mon pneu arrière a commencé à patiner, c’était devenu limite, tout particulièrement en ligne droite. Je ne pouvais pas ouvrir plein gaz sans glisser. Ça fait deux fois que je mène la course et que je sens la victoire arriver, mais Marc et Andrea sont toujours là pour vous ramener à la réalité, déclarait-il avec une pointe d’humour en conférence de presse. Comparé à mes deux autres podiums de Misano et d’Assen où j’ai perdu la victoire dans le dernier tour, cette fois c’était impossible de jouer la gagne sur la fin. Je suis très heureux de cette troisième place. Marc et Andrea ont fait une superbe course. Ils attaquaient fort et le combat était vraiment joli à voir. »

Andrea Iannone : « J’ai apprécié cette course et le résultat est positif pour nous, indiquait le transalpin. Je suis ravi des améliorations faites entre le warm-up et la course. Ces dernières nous ont permis de gagner en régularité. C’était aussi important d’accomplir ça au Japon, c’est plutôt un bon signe après les difficultés rencontrées cette saison. Nous avons encore beaucoup de travail devant nous, mais comparé au début d’année, nous savons exactement sur quels points nous pouvons progresser. »

Alex Rins : « C’est un résultat fantastique et la moto a bien fonctionné tout au long du week-end sur piste mouillée, indiquait le pilote ibérique qui fait office de meilleur rookie du jour. À vrai dire je partais d’assez loin car au premier virage je me suis fait pousser. Du coup j’ai perdu pas mal de terrain. Je me suis retrouvé en quinzième position et j’ai mis un certain temps à revenir. Au final je termine cinquième, je suis donc très content. J’ai aussi eu du mal à passer Johann mais les conditions n’étaient vraiment pas évidentes. J’ai appris tellement de choses ce dimanche. »

Aleix Espargaro : « Après le week-end que nous avions réalisé, j’espérais vraiment quelque chose de mieux. Nous nous étions montrés plutôt rapides sur le mouillé à chacune des sessions, mais en course j’ai eu de l’aquaplaning et je n’ai jamais réussi à trouver mon rythme. C’est frustrant de terminer le week-end sur une septième place, d’autant plus que j’ai tout donné. Nous devons à présent comprendre ce qu’il s’est passé. Mais nous allons tenter de poursuivre sur cette bonne dynamique pour essayer d’atteindre le Top 5 ou un podium lors des prochaines épreuves. Et puis cette septième place n’est pas un si mauvais résultat pour le Championnat car il semble que nous soyons en mesure de nous battre pour la 10e position. » 

Johann Zarco : « Je ne suis pas trop mal parti et j’avais plutôt un bon feeling en début de course même si les conditions étaient très difficiles. Je glissais de l’arrière en entrée de virage, mais j’étais confiant avec de bonnes sensations du train avant. Je savais qu’il fallait un peu de temps pour que les pneus atteignent leur température de fonctionnement, alors j’attendais d’avoir un peu plus de d’adhérence à l’accélération pour essayer de faire la jonction avec le trio en tête. Malheureusement, c’est le contraire qui s’est produit. Non seulement le grip ne s’est pas amélioré, mais il s’est même dégradé. Et à quatre tours de l’arrivée, il s’est encore effondré. Je ne parvenais plus à accélérer dans les bouts droits. La moto patinait, elle était difficile à contrôler… Rins et Iannone m’ont doublé, puis à deux boucles de l’arrivée ce sont Lorenzo et Espargaró qui m’ont passé. Je ne pouvais rien faire. Je termine quand même premier pilote Yamaha. Je veux rester positif, même si j’attendais mieux de la course, on a réalisé un bon week-end. J’ai enregistré la pole position samedi et j’étais dans le coup en course pour figurer dans le Top 4 jusqu’à quatre tours de la fin. On va maintenant enchaîner avec l’Australie ; un circuit qui m’a posé des problèmes par le passé, mais sur lequel j’ai pu rouler l’hiver dernier. J’espère profiter de mon feeling avec le train avant pour y faire un bon week-end. »

Maverick Viñales : « En début de course, j’ai beaucoup poussé. Cette neuvième place était le maximum que nous pouvions faire car nous avons tout donné […] Je ne sais pas quelles seront les conditions à Phillip Island, mais c’est un circuit que j’aime beaucoup et le titre reste mathématiquement possible. »

Loris Baz : « La course s’est très bien passée. Je pense que j’ai toutefois vécu les conditions les plus dingues de ma carrière. Il y avait beaucoup d’eau et la visibilité était quasiment nulle. Les premiers tours étaient un peu dangereux, mais une fois que les écarts ont commencé à se former, la situation est devenue plus simple à gérer. Je suis revenu sur Pedrosa, lequel n’arrivait pas à maintenir un rythme régulier. J’étais au bout du compte plus rapide et je suis parvenu à le passer. Alors que nous nous rapprochions de Lorenzo, celui-ci à hausser le ton pour se mettre à l’abri. J’ai ensuite essayé d’assurer jusqu’au bout. Nous n’avions pas encore totalement les bons réglages. Nous n’étions pas à notre meilleur niveau, mais nous savions que nous avions le rythme pour décrocher un bon résultat. Finalement, terminer dans le Top 10 est vraiment génial. Sur les derniers tours, mon dashboard a pris l’eau et je n’avais plus accès à mes chronos ou à la gestion électronique de la moto. C’était long et compliqué, mais je suis content d’inscrire quelques points, ça faisait un moment, surtout après un début de week-end chaotique. Au sujet de Phillip Island, c’est mon circuit préféré et je m’y suis toujours régalé. J’ai fait de bonnes courses là-bas et j’espère marquer encore quelques points. Je voudrais profiter au mieux de ce dernier rendez-vous australien en catégorie reine. »

Valentino Rossi : « J’étais derrière Aleix, je faisais en sorte de rester avec lui. Mais sur le côté gauche, la situation était critique, je n’avais aucun grip et j’ai perdu l’arrière, confiait l’Italien. C’était une grosse chute. J’ai de la chance au final, car je ne me suis pas fait trop mal. »

Cal Crutchlow : « Je me suis battu dès le départ, mais j’étais très loin dans le peloton, expliquait Crutchlow qui a été aveuglé par le nuage d’eau généré par le passage de ses rivaux. Je pense qu’il était difficile pour tout le monde de voir correctement. Ensuite, je suis malheureusement parti en aquaplaning au virage n°7, il y avait un peu de pression sur le frein arrière et la moto est montée en highside en coupant les gaz. J’ai pu rejoindre la piste pour changer de machine. Après quoi j’ai été victime d’une chute étrange. Je ne forçais pas, car je m’apprêtais à rentrer au box, convaincu que je n’aurais pas inscrit de points. Nous avons franchi la flaque sur le deuxième bout droit causant une deuxième chute mystérieuse. Nous devons en tirer des enseignements positifs pour Phillip Island, circuit sur lequel j’ai triomphé l’an dernier, ajoutait-il. Mais il n’y a pas vraiment eu de points positifs à Motegi, outre le fait d’avoir visité le Japon. »

Dani Pedrosa : « Ma roue arrière patinait beaucoup, je ne pouvais pas accélérer correctement en ligne droite et c’est devenu de pire en pire, confiait l’Espagnol pointé au dixième rang à l’issue de la première boucle. J’ai tout essayé mais c’était impossible de rouler dans ces conditions. Je perdais beaucoup trop de temps. Je ne pensais pas avoir de problèmes avec ce pneu arrière extra-soft vu la quantité d’eau qu’il y avait sur la piste et puis, Danilo a bien terminé sur le podium en ayant fait le même choix. Oui, je suis déçu du résultat car il y avait la possibilité de faire une belle course, nous avions bien progressé depuis les premiers essais libres […] Il nous faut désormais étudier les données avec Michelin pour éviter que ce genre de situation se reproduise. »

Un Commentaire - Ecrire un commentaire

Ecrire un commentaire