MotoGP Valence : photos & réactions

MotoGP Valence


Voici les principales déclarations des pilotes après le Grand Prix de Valence remporté par Dani Pedrosa et les plus beaux clichés de notre photographe-reporter sur le circuit de Valence.

Dani Pedrosa : « Je savais que le départ allait être un moment clé et au final j’avais décidé d’opter pour un pneu arrière médium à la différence de mes adversaires. Malgré tout, j’ai réussi à passer Johann et Andrea au départ. J’aurais presque pu négocier le premier virage en tête, mais à ce moment-là Marc a refermé la trajectoire. Mais j’étais à l’aise derrière lui, j’ai vu qu’il faisait en sorte de chauffer les pneus et puis dans la foulée Johann m’a passé. J’avais un peu du mal à les suivre. J’ai vu Marc se retourner à plusieurs reprises pour guetter où était Andrea, j’ai donc compris qu’il n’était pas à 100%, qu’il contrôlait. Pour ma part, je n’étais pas super à l’aise avec l’avant. Marc a ensuite essayé de s’en aller et immédiatement il manquait de se faire piéger. Johann était très fort au freinage. J’ai d’ailleurs essayé de le passer à plusieurs reprises dans les derniers tours, mais à chaque fois je commettais une erreur. Finalement dans le premier virage, j’ai pu porter mon attaque. Bien sûr, je savais qu’il risquait de répondre, alors j’ai essayé de le bloquer. C’est génial de terminer la saison de cette façon, qui plus est devant mon public. J’en suis très fier. »

Johann Zarco : « Je suis content de ce nouveau podium. Je ne pense pas qu’être déçu d’avoir perdu la première place dans le dernier tour serait une bonne analyse de la course. L’important est d’avoir pu me battre et de croire à cette victoire du début à la fin. C’est mon deuxième Top 3 consécutif et nous confirmons ainsi nos performances de la tournée outre-mer. Je me sentais bien sur la moto, les pneus fonctionnaient parfaitement. Márquez était plus rapide que moi, mais il m’a laissé passer. Il jouait le titre et je savais que cela pouvait être une chance pour moi. Quand il m’a dépassé à nouveau à huit tours de l’arrivée il a failli tomber et il a dû sortir de la piste pour rester sur ses roues. Je me suis alors retrouvé avec Pedrosa. J’étais à la limite et j’ai malheureusement fait une petite erreur en rentrant dans le dernier tour, lorsqu’il m’a redoublé. J’ai perdu quelques mètres que je n’ai pas pu rattraper. J’étais mieux que lui sur les freins, mais je n’étais plus en mesure de me porter à sa hauteur pour pouvoir attaquer. Finir cette première saison de MotoGP sur le podium en ayant montré que je pouvais prétendre à la victoire, c’est quelque chose de très positif. »

Marc Marquez : « Ce fut compliqué à contrôler. La meilleure stratégie était de rallier l’arrivée, mais j’ai connu quelques difficultés pour me maîtriser. J’ai laissé Zarco me passer, car je savais qu’il allait tout donner pour prendre l’avantage. Derrière lui, je suis parvenu à me montrer plus rapide. J’étais à l’aise peut-être même un peu trop puisque j’ai commis plusieurs maladresses. Il a commis une erreur à son tour et je l’ai dépassé. Étant trop proche de lui, j’ai dû retarder mon freinage pour éviter un moment critique… mais je me suis mis en danger ! J’ai tout de même persévéré pour faire la jonction sur les avant-postes, mais j’ai perdu ma concentration, manqué plusieurs rapports… J’ai donc décidé de terminer la course. Ce n’était facile, j’ai poussé à chaque séance. Mais c’est quelque chose que nous devons changer en prévision de l’an prochain. Je suis tombé à 27 reprises, mais je pense que j’ai dû en éviter une cinquantaine. Ces chutes vous permettent de comprendre, mais c’est un point sur lequel nous devons mettre l’accent à l’avenir : maintenir le même niveau sans danger. Je suis déçu que Dovizioso n’ait pas pu terminer aujourd’hui. C’est un rival incroyable et une personne fantastique. J’entretiens de bonnes relations avec lui. Tout le staff Ducati s’est rendu dans mon box pour féliciter mon équipe avec un profond respect. J’ai beaucoup appris de lui, en particulier sur le plan mental. Sa façon dont il aborde les courses et les week-ends ont montré que vous avez besoin de faire abstraction des autres. Peu arrivent le faire, il est l’un d’entre eux, si ce n’est le meilleur. »

Valentino Rossi : « C’est plus ou moins la course que j’attendais. J’ai tenté de rien lâcher, mais nous avons des difficultés avec les pneus, nous n’avons pas suffisamment de grip pour aller plus vite. Samedi soir, nous avons décidé de changer de châssis, de revenir à celui de 2016 pour tenter de comprendre. Nous avions prévu d’effectuer la comparaison lors du Test, mais on s’est dit pourquoi ne pas essayer dès dimanche. Parfois en course, on comprend davantage qu’en dix jours de Test. C’est ce que nous avons fait. Malheureusement, ça n’a pas eu les résultats escomptés, mais je pense que nous avons compris certaines choses intéressantes. C’était une décision risquée et très sincèrement, c’est assez compliqué de progresser en une seule journée. Mais je pense que nous aurions obtenu un résultat assez similaire avec la moto utilisée samedi. »

Jorge Lorenzo : « Vous ne pouvez bien sûr pas être satisfait après une chute. Vous préférez forcément terminer la course et obtenir un podium. Quoi qu’il en soit j’ai tout donné durant cette course. Dès le début j’ai senti que j’étais à la limite avec mon pneu avant. Mais je voulais rester le plus près possible du trio de tête et puis je suis tombé. J’ai vu sept ou huit fois ce message, qui me me suggérait de laisser passer Andrea. Mais c’est vraiment difficile de cerner une situation ou le feeling d’un pilote à travers un écran. Peut-être que dans certaines courbes, j’étais plus lent qu’Andrea mais de façon générale je pense que le fait d’avoir été dans ma roue lui a permis d’aller chercher les quelques dixièmes qui lui manquait et de rester à notre contact. Je ne suis pas stupide, je sais exactement ce que je dois faire dans ce cas de figure. Mais je reste convaincu que c’était ce qu’il y avait de mieux pour Ducati comme pour Andrea. C’est pour cette raison que j’ai continué d’attaquer, et ses déclarations confirment heureusement mes pensées. »

Andrea Dovizioso : « Je n’ai pas trop compris ce que faisait Lorenzo, mais je pense que tout le monde était à la limite. Et puis au final c’était bien de l’avoir devant moi car il me permettait de rester au contact du groupe de tête, tout en pilotant avec plus de douceur, ce qui était vraiment un de mes points faibles ce week-end. À un moment donné, j’ai effectivement vu Marc sur le point de tomber. Ceci étant je n’avais pas beaucoup d’options. Je me devais de gagner la course alors j’ai essayé de tout donner. J’étais une seconde derrière les deux premiers et je voulais absolument réduire l’écart, mais j’étais à la limite. Arrivé dans le virage 8, j’ai tenté de retarder mon freinage car je savais que j’étais assez fort à cet endroit. Mais le pneu n’avait plus la même adhérence. Je n’ai pas pu ralentir la moto, j’ai tiré tout droit et je suis tombé une fois dans les graviers. Malgré tout, je suis content du travail accompli ce week-end, car notre rythme était bien meilleur comparé aux essais, nous n’avons jamais rien lâché, même si nous savions que Marc allait être rapide. Bien sûr nous aurions préféré gagner, mais nous n’étions pas si loin au final […] Je suis également ravi de notre parcours cette saison. Nous sommes plus rapides que l’année passée, y compris à Valence. Je voudrais remercier l’ensemble du team Ducati. Nous devons être contents et retenir le côté positif de cette saison. »

Loris Baz : « J’ai réalisé un excellent départ et je suis parvenu à doubler pas mal de pilotes. J’ai ensuite perdu beaucoup de temps pour me défaire de Michael van der Mark. Après quoi, je me suis battu jusqu’au bout face à Héctor Barberá pour terminer devant, mais il a réussi à prendre l’avantage dans le dernier tour. Je ne suis pas certain que si j’avais pu venir à bout de van der Mark plus rapidement, j’aurais pu faire mieux. Mais cela résume bien l’état d’esprit dont nous avons fait preuve tout au long de la saison. Nous avons donné notre maximum à chaque course pour décrocher le meilleur résultat possible. Ce chapitre en MotoGP touche à sa fin, et je me suis fait plaisir jusqu’au bout. »

MotoGP Valence
Départ MotoGP Valence © Jean-Aignan Museau
Danilo Petrucci, MotoGP Valence © Jean-Aignan Museau
Valentino Rossi, MotoGP Valence © Jean-Aignan Museau
Bradley Smith, MotoGP Valence © Jean-Aignan Museau
Johann Zarco, MotoGP Valence © Jean-Aignan Museau
MotoGP Valence
Valentino Rossi, MotoGP Valence © Jean-Aignan Museau
MotoGP Valence
Michael Vd Mark, MotoGP Valence © Jean-Aignan Museau
MotoGP Valence
Jorge Lorenzo & Andrea Dovizioso, MotoGP Valence © Jean-Aignan Museau
MotoGP Valence
Maverick Viñales, MotoGP Valence © Jean-Aignan Museau
MotoGP Valence
Johann Zarco, MotoGP Valence © Jean-Aignan Museau
MotoGP Valence
Johann Zarco, MotoGP Valence © Jean-Aignan Museau
Dani Pedrosa, MotoGP Valence © Jean-Aignan Museau
MotoGP Valence
Alex Marquez, MotoGP Valence © Jean-Aignan Museau
MotoGP Valence
Public MotoGP Valence © Jean-Aignan Museau
MotoGP Valence
Marc Marquez, MotoGP Valence © Jean-Aignan Museau
MotoGP Valence
Marc Marquez, MotoGP Valence © Jean-Aignan Museau
MotoGP Valence
Champions Moto3, Moto2 & MotoGP Valence © Jean-Aignan Museau

9 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. 337 millièmes….c’est l’écart entre Zarco et Pedro à l’arrivée…
    Rossi à 13 sec et Viñales à 35…Jarvis va choper un ulcère ! ^^
    Et j’aime bien Dani mais franchement j’aurais préféré qu’il en
    gagne une autre…mais j’ai été totalement scotché par la
    prestation de Zarco , autant de maîtrise au bout d’une seule
    saison…il fait partie des meilleurs , clairement !

    Répondre
  2. serait il possible que Michelin ait développé au cours de l’année des pneus plutôt Zarco-compatibles? Ce qui expliquerait le bon début d’année des Yamaha officielles, et leur manque de résultats par la suite.

    Répondre
  3. @ strom: ce serait étonnant, et ultra-secret, personne ne l’admettrait jamais, mais pourquoi pas ?
    Ça s’est déja vu dans le passé, (2002-2005) ou Michelin après les essais du samedi faisait des pneus spécialement adaptés pour rossi, et le tracé du circuit, et les faisaient livrer par avion dans la nuit précédent le GP !
    Des pneus sur mesure à chaque gp !
    J’avais dit, quand on a su que Michelin revenait, qu’ils rendraient la monnaie de sa pièce à rossi,
    pour le dénigrement et la trahison de la saison 2007…
    Que Honda ou Yamaha ou Ducati soient champions, Michelin s’en balance ! Alors pas étonnant si
    l’avis et/ou les demandes de rossi passent à la poubelle 😉

    Répondre
  4. Rossi c’est fini.
    Et Michelin le sait aussi bien que nous.
    Le présent et le futur, c’est Marquez.
    Derrière, on aura des Zarco, des BiB, des Mir & Martin.
    Donc on sait, Michelin sait aussi à qui filer des pneus.
    Michelin qui fabrique des pneus pour Zarco, mdr …

    Répondre

Ecrire un commentaire