Gants, visiblement la police n’en prend pas



Les contrôles du port des gants se sont multipliés ces dernières semaines. Et de façon surprenante, certains motards se sont fait verbaliser avec des gants pourtant homologués. Pourquoi ? Que faire si ça vous arrive ? Didier Renoux, chargé de communication à la FFMC, nous donne quelques clefs.

Alors comme ça, circuler avec des gants de moto ne permet manifestement pas d’éviter une amende pour défaut d’équipement. La FFMC s’intéresse de près à ce problème. Est-ce que cette mésaventure est arrivée à beaucoup de motards ?

Oui, à une très forte proportion de motards contrôlés. On s’en est rendu compte à travers deux contrôles massifs qui ont eu lieu à l’occasion des Coupes Moto Légende le 12 juillet dernier, porte de Vincennes.
Si on prend ce dernier contrôle, sur la soixantaine de verbalisations effectuées, 14 l’ont été pour absence de ports de gants et 44 pour port de gants non conformes.

Ça veut peut-être dire qu’il y avait 44 gars qui circulaient avec des gants non-adaptés à la pratique de la moto ? Des gants de jardinier par exemple…

44 motards en gants de jardinier… j’en doute. D’autant que nous avons des infos qui remontent de la part des personnes verbalisées ou de témoins. Et il apparaît que ceux qui se sont fait pruner avaient en majorité des gants de moto.

Quelle est l’explication alors ?

Visiblement, une mauvaise compréhension du règlement par certains agents de contrôle. La loi dit qu’il est désormais obligatoire de porter de gants de moto certifiés CE. On reconnaît effectivement ces gants à une étiquette interne marquée du logo « CE ». Mais les gants produits depuis 2016 arborent également une autre étiquette représentant un motard dans un carré. Cette étiquette indique que ces gants répondent à une nouvelle norme… qui n’est pas obligatoire. Le souci, c’est que certains agents pensent qu’elle l’est. Et du coup, ils verbalisent ceux dont les gants n’ont pas cette étiquette.

Concrètement, ça veut dire qu’on peut rouler avec des gants haut de gamme datant d’il y a deux-trois ans et se retrouver quand même avec un PV…

Ce n’est pas systématique parce que certains agents ont compris le règlement ou font tout simplement preuve de bon sens. Mais d’autres non. Et ça peut même aller plus loin : un motard qui porte des gants répondant aux dernières normes mais qui a coupé les étiquettes, pour des raisons de confort, peut se faire verbaliser s’il tombe sur un agent borné.

Dans ces cas-là, ça ne vaut pas le coup de contester ?

En principe oui, si on est dans son droit. Mais dans les faits, contester un PV, c’est toujours une galère, d’autant que là, il faut réussir à prouver non pas que l’on possède des gants homologués, mais que c’est bien ceux-là que l’on portait au moment où l’on s’est fait contrôler. D’après ce que l’on sait, la plupart des motards indûment verbalisés n’ont pas contesté. Le PV entraîne le retrait d’un point pour le pilote de la moto et une amende de 68 euros qui peut être minorée à 45. Les gens préfèrent payer.

Sur ce dossier, la FFMC a décidé de mettre les pieds dans le plat. De quelle façon exactement ?

L’idée, c’est d’évaluer la proportion de motards qui se sont fait verbaliser avec des gants homologués. Pour cela, on lance un appel à témoins. On invite les gens concernés à nous contacter par e-mail (communication@ ffmc.asso.fr) et à nous envoyer une copie de leur PV accompagnée d’un mot stipulant les circonstances de leur verbalisation ainsi que la marque et le modèle des gants qu’ils portaient.

L’idée, c’est d’activer ensuite des recours juridiques ?

C’est compliqué, surtout si les gens ont déjà payé et ont donc reconnu l’infraction. L’enjeu de cet appel à témoins, c’est surtout de démontrer qu’il y a eu une répression massive et injustifiée.

Tu dis « massive », mais a-t-on une idée du nombre d’amendes dressées du fait de cette nouvelle réglementation sur les gants ?

Oui, une idée assez précise, au moins en ce qui concerne Paris : environ 15 000 PV depuis le début de l’année.

15 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Conduire une moto avec des gants non homologués mais des gants tout de même ou conduire une moto de gendarmerie bras nus comme la plupart en été !! Qui sont les plus inconscients ??

    Répondre
  2. Après avoir lu cet article j’ai vérifié et Ô surprise mes gants
    n’étaient pas siglés CE ni quoi que ce soit…alors poubelle !
    J’ai acheté une autre paire avec toutes les étiquettes bien
    comme il faut pour 80 eur , c moins qu’un pv mais pffffff….
    Fuck them all !

    Répondre
  3. mes gants dainese full metal pro d1 acheté il y a 4ans 350e n’ont aucun marquage ni étiquette CE… et pourtant ils font partie des meilleurs gants moto. on teouve le marquage dans les gants dainese que depuis peut… hesitez pas a faire un selfi avec vos gants et celui qui vous aligne pour prouver la paire de gants utilisés lors d’un contrôle

    Répondre
    1. Bonjour Philippe, il y a effectivement une petite coquille dans cette phrase. Il faut lire « à l’occasion des coupes Moto Légende ET le 12 juillet dernier, Porte de Vincennes ». Un mot qui saute, et c’est effectivement le sens d’une phrase qui est détourné.

      Cordialement

      Thomas

      Répondre
  4. Franchement,tout devint pompe a fric,a quand le slip homologue pour faire de la bécane,vraiment quelle joie d’avoir connue les années 60 sur mon bon vieux 4 pots a frotter la béquille sur les routes de France en toute tranquillité.

    Répondre
  5. Il y a quelques mois vous aviez publié un article sur les gants dans vos pages qui disaient qu’il était possible de rouler avec des gants sans étiquette et maintenant vous dites l’inverse. Ce qui est souvent le cas entre le site et le papier ?! la vérité se trouve ailleurs ?

    Répondre
  6. quel pays de M…………
    tu peux rouler en slip tatane t shirt et si il te manque une pauvre étiquette sur des gants à 300 balles tu te fais pruner
    vive la france, on est juste là pour payer

    Répondre
  7. Je suis allé en Corse au mois de juin cette année, il faisait très beau, les gars en moto et scooters, 9 sur 10 n’avaient pas de gants (plaques d’immatriculations folkloriques), jusqu’à preuve du contraire, la Corse est un département français, donc pourquoi là bas c’est possible et sur le continent tant de « merdier »!
    Les gars, roulez sans gants, et cela ira très bien!!!

    Répondre

Ecrire un commentaire