Interview : Florent Manaudou à la Sunday Ride Classic



Florent Manaudou était présent à la neuvième Sunday Ride Classic en amateur averti de moto. Nous n’avons pas résisté à l’envie d’échanger avec le champion olympique de natation…

Pourquoi cette idée de passer le permis moto il y a deux ans ?

J’ai toujours aimé les deux roues. Je n’ai pas eu de mob quand j’étais jeune mais mon grand frère en a eu et il les avait un peu trafiqué donc mes parents étaient contre. Je n’avais pas trop le temps avant, mais de pouvoir le passer en accéléré en une semaine c’était pratique pour moi en tant que sportif. Ma sœur a aussi eu le permis avant moi et ça m’a toujours plu.

Ta première moto ?

Une Kawasaki Z800 qui est resté un an dans le garage car je l’ai acheté un an avant de passer le permis. Je me le suis fait voler trois semaines après mon permis et depuis je roule en Ducati.

En l’occurrence une Multistrada Pikes Peak…

Oui. Et j’ai eu une Hypermotard SP, un peu plus haute donc parfait pour moi. J’ai pu essayer la Diavel et la Panigale 959. Mais c’est un peu raide, je n’ai pas l’habitude.

Pour le circuit il va falloir passer sur la grosse Panigale…

Oui, ça me plait. Mais j’habite en ville donc c’est un peu compliqué mais sur un circuit ça doit être un régale. Et je connais bien le circuit Paul Ricard, je pourrai venir m’entrainer et m’améliorer.

Il va falloir trouver une combinaison de cuir…

Ça, ça va être compliqué. Je pense qu’il va falloir en trouver une sur-mesure. À mes mensurations il n’y en a pas beaucoup. Je fais 1 mètre 99 pour 102 kilos.

La SRC, tu trouves ça comment ?

Ça fait plaisir. Je suis venu voir le Bol d’Or l’année dernière et là ça va être sympa. Je suis tout nouveau dans l’univers des motards donc ça me fait plaisir, je découvre pas mal de choses. De voir des pilotes tourner sur le circuit, je me régal.

Les motos anciennes tu aimes bien ?

Oui, j’aime tout. Mais j’ai l’impression que quand on est motard, on aime un peu toutes les motos. À moins d’en avoir 10 dans son garage, il faut faire un choix. Pour l’instant, je prend des motos un peu pratique parce que je fais un peu de route pour faire Marseille/Aix. Mais j’aurai une moto de chaque type dans ma vie. Un café-racer, une sportive, un roadster…

En tout cas, aucun rapport entre la moto et ton métier…

Il y a la vitesse. Mais je ne roule pas très vite sur la route parce que c’est dangereux et j’ai des amis qui ont eu des accidents de moto.

Qu’est-ce qui va se passer dans les années à venir pour toi ?

Je suis guidé par mon envie et pour l’instant je joue au hand. Je me régale. Si un jour, j’ai envie de retourner dans les bassins à souffrir, j’y retournerai. Si Paris 2024 est accepté, ce serai un plus. Mais on verra en temps voulu ce que mon corps a envie de faire parce que quand on est sportif de haut niveau on vieillit plus vite physiquement.

Tu as quel âge ?

26 ans. Ça devrait tenir encore un peu mais tous les nageurs ont des problèmes d’épaule. Un homme qui ne nage pas fait 10 tours de bras par jour. Un nageur en fait 2000 ou 3000 donc le cartilage et les articulations vieillissent un peu plus vite.

Ecrire un commentaire