Motos robots : Yamaha double la mise à Tokyo

yamaha moto robot


En présentant non pas une mais deux motos « intelligentes », un quatre-roues apte à prendre de l’angle et un vélo à assistance électrique proche de la production, les trois diapasons la jouent résolument techno sur le salon japonais. Revue de détail.

Motobot 2 : le rival de Rossi

C’était la machine plus attendue de la part de Yamaha sur ce 45e Tokyo Motor Show : la version améliorée du Motobot, cet androïde capable de piloter une moto de façon autonome. Il y a deux ans, le premier Motobot emmenait certes une R1 mais à un train de sénateur. Cette année, son successeur a pour mission de battre Valentino Rossi sur circuit. Le challenge semble considérable, les applications commerciales de ce prototype encore incertaines, mais si ce robot parvient effectivement à rouler seul sur circuit, au rythme d’un pilote de MotoGP, le coup de pub a toutes les chances d’être énorme pour la Yamaha.

yamaha moto robot

MWC-4 : la demi-portion

Quatre roues, un toit : j’en vois parmi vous qui vont tiquer. Et pourtant, ce concept MWC-4 n’est pas une voiture. Capable de prendre de l’angle en courbe, il est plutôt à considérer comme le cousin du MTW9, la MT-09 à trois roues présentée, elle aussi, sous forme de show bike, il y a deux ans. En ajoutant une quatrième jante et un toit, Yamaha fait évidemment un gros appel du pied aux automobilistes. Sans d’ailleurs s’en cacher. L’engin se veut l’illustration du concept de Half Sized Mobility (mobilité à encombrement réduit de moitié), censé désengorger les centres-villes et réduire la pollution atmosphérique : là encore, il s’agit d’un proto électrique.

MWC-4 : la demi-portion

Motoroïd : l’émule de K2000

Ce prototype Yam’, au design et au nom alambiqué, est le second à emprunter aux technologies de l’intelligence artificielle. Mais contrairement au Motobot, il n’a pas vocation à évoluer de façon autonome. Le Motoroïd joue davantage sur l’interaction avec le pilote. Jusqu’où va cette interaction ? Reste-t-elle du niveau (assez basique) d’un assistant de smartphone ou tend-elle vers celle entrevue dans des séries de SF façon K2000 ? À l’heure où nous écrivons ces lignes, le Motoroïd n’a pas fait la démonstration de toutes ses capacités. On sait juste qu’il est mû par un moteur électrique ce qui, pour un concept bike, semble être devenu la norme en 2017.

Motoroïd : l’émule de K2000

YPJ-XC : la pédale assistée

C’est le moins futuriste des engins présentés par Yamaha à Tokyo et pour cause : ce vélo à assistance électrique annonce, selon nos informations, un modèle de production. Moteur électrique au niveau du pédalier, batterie ancrée sur le tube transversal du cadre : le vélo Yamaha reprend des solutions déjà largement partagées sur le segment. Il s’agit là d’un VTT, mais un vélo de route et un modèle tout-chemin vont également être dévoilés. Reste à savoir quand ils arriveront en concessions.

YPJ-XC : la pédale assistée

3 Commentaires - Ecrire un commentaire

    1. MWC-4 : Aussi laid qu’une twizzy…
      Motoroïd : comment dire… Pour calmer les symptômes, il existe « préparation H »
      YPJ-XC : la pédale assistée : franchement les gars, un titre pareil… On pourrait se méprendre et on jazzerait 😉

      Répondre

Ecrire un commentaire