MotoGP – Barcelone : Les réponses de Michel Turco

Jorge Lorenzo, MotoGP Barcelone © Jean-Aignan Museau


Vous avez été nombreux à poser vos questions à notre envoyé spécial Michel Turco à l’issue du Grand Prix de Catalogne. Voici ses réponses…

David : Que penses-tu de la contre performance des Yamaha officielles alors qu’elles semblaient homogènes sur les autres courses ? Valentino Rossi a évoqué l’usure du pneu arrière mais aussi des soucis à faire tourner la M1…

Rossi n’a pas parlé d’un problème d’usure mais de manque de grip. Dès qu’il fait chaud et que le revêtement est glissant, comme ce fut le cas à Jerez début mai et à Barcelone le week-end dernier, la Yamaha 2017 ne fonctionne plus. Et chez Yamaha, personne ne comprend trop pourquoi.

Amine : Rossi ayant repris seul, le développement de la M1 depuis 2015, est-ce que les problèmes de châssis de cette saison sont une nouvelle preuve qu’il n’est pas le grand metteur au point qu’il croyait être ?

Et bien justement, il semblerait que Rossi n’ait pas vraiment été écouté cet hiver. Dès les premiers avec la nouvelle moto, l’Italien a pointé du doigt certains défauts et un comportement perfectible. Seul problème, Viñales a fait d’emblée de super chronos avec la moto et les Japonais ont donc été enclin à minimiser les critiques émises par Rossi. Entre parenthèses, c’est aussi un peu comme ça que Honda s’est aussi perdu avec Marquez… Résultat, quand les conditions sont favorables et que la moto est bien réglée, la Yamaha fonctionne très bien. En revanche, un revêtement perfectible et une mise au point dans l’à peu près et rien ne va plus. Il faut aussi noter qu’à Jerez comme à Barcelone, la concurrence Honda et Ducati avait roulé en amont du Grand Prix, contrairement aux pilotes Yamaha.

Jeff : Les errances de Yamaha concernant la M1 2017 semblent étonnantes, et plutôt inquiétantes pour le duo Vinales/Rossi. Je suis surpris qu’avec les tonnes de données acquises avec la 2016 et ses précédentes ils n’arrivent pas à supprimer ce soucis de grip et de patinage, quitte à reproduire la géométrie de la 2016 puisque apparemment « ils ne reviennent jamais en arrière ». Le comportement de la moto en arrivant aux essais du vendredi semble une vraie loterie. De plus, il est vraiment surprenant qu’ils n’aient pas réagi dès les premiers essais en prenant en compte les doléances du docteur, plutôt réputé fin metteur au point, au profit de l’avis d’un Vinales rapide mais fraîchement débarqué et qui rencontre les mêmes problèmes. Ou bien le souci viendrait de Michelin qui aurait beaucoup modifié ses pneus ? Cette situation bizarre risque de leur coûter le championnat.

En théorie, et selon ce que disent les ingénieurs Yamaha, la géométrie 2017 est très proche de la 2016. L’an dernier, les Japonais avaient relevé le moteur dans le cadre pour accentuer le transfert de masses sur les phases de freinages et d’accélération pour s’adapter aux caractéristiques des Michelin. Les pilotes Yamaha avaient fini avec une machine assez haute sur pattes et un peu en butée au niveau des réglages. Le nouveau châssis a été donc été conçu dans l’idée de recentrer la plage de réglages. Rien de révolutionnaire même s’il y a visiblement un loup. A Barcelone, Rossi et Viñales ont pu tester deux nouveaux châssis après la course. On verra si cela les aide pour la suite.

Arnaud : Connait-on la cause de tous les temps annulés aux essais pour le virage 2 ?

Les temps sont annulés aux essais quand les pilotes franchissent les limites de la piste.

Stef : Ne faudrait-il pas revoir le règlement des pneus et pouvoir avoir plus de choix ? Être manufacturier unique avec des solutions déjà quasi existantes car Michelin « cours » derrière les solutions, mais après le Grand Prix !

Selon les pilotes, le problème c’est qu’il y a justement trop de choix. Cette année, tout le monde dispose d’une troisième option pour le pneu avant et il est bien difficile de pouvoir tout essayer entre la FP1 et la FP3, surtout qu’aujourd’hui tout le monde essaie de faire un chrono en essais libres pour éviter d’avoir à passer par la Q1. C’est en essayant de satisfaire les différentes pilotes et les différents constructeurs que, selon moi, Michelin complique un peu trop la donne. Ainsi a-t-il été reproché au manufacturier français, à Barcelone, d’avoir proposé un pneu avant asymétrique n’ayant pas grande utilité, pour ne pas dire autre chose… Il arrive que le pneu présenté comme le plus dur soit parfois moins rigide que le medium, quant aux différences entre certains pneus elles sont souvent plus de l’ordre du feeling que du rendement ou de la durabilité.

Daniel : Comment expliquer les variations de rythme de Lorenzo lors de la course ? Pneus ? Moral ?

Je mettrais ça d’une part sur le compte du moral, ou tout au moins d’un petit manque de conviction, et d’autre part sur le fait que Jorge n’est toujours pas très à l’aise avec la Ducati. Limité par un train avant toujours sous-vireur, il a du mal à trouver la régularité qui faisait sa force sur la Yamaha.

Fabien : Je voudrais savoir ce qui se passe avec Jorge Lorenzo. Objectivement, c’est un très grand pilote. Mais son pilotage ne semble pas convenir à cette moto aussi puissante qu’elle est bizarroïde. Que faire pour arranger la situation ? Réclame-t-elle du bourrin plutôt que de la finesse ?

Je ne sais pas si elle réclame du bourrin mais une chose est sûre, elle ne permet pas à Lorenzo de piloter comme il pilotait la Yamaha. La Ducati sous-vire et il n’est donc pas possible de rentrer dans les courbes et de garder de la vitesse comme avec une M1. Lorenzo doit-il changer de pilotage ou Dall’Igna doit-il refaire une moto ? Les avis semblent partagés chez Ducati…

Jim : Je trouve surprenant que les pilotes s’en prennent à Zarco pour son pilotage agressif, dixit Petrucci/Rossi/Bautista. Ce n’est pas justifié de mon point de vu. Jalousie ?

Comme il l’a justement fait remarquer, Johann a été moins dangereux au Mugello en doublant Bautista que Pedrosa qui a mis Crutchlow par terre. Oui, Zarco est un pilote agressif, comme Marquez, mais comme aussi Rossi… Au Texas, ce dernier d’ailleurs a eu la mémoire courte. Les performances de Zarco ne font pas vraiment plaisir à ses adversaires, surtout pas à Rossi, et le critiquer sur son pilotage fait partie du jeu. Quand Marquez a débarqué en MotoGP, ses adversaires avaient aussi essayé de le déstabiliser en critiquant son pilotage.

Zar38 : Comment expliquer que d’une course à l’autre, on alterne les contres performances chez Honda, puis chez Yamaha en l’espace d’une semaine ?

Les pneus jouent un rôle déterminant à ce niveau. D’un circuit à l’autre, les Michelin fonctionnent en effet mieux pour une moto que pour une autre. Les performances et les contre-performances des différents pilotes ont aussi des explications plus factuelles. Dovizioso a gagné au Mugello parce que Pirro passe ses journées à faire des tests sur le circuit italien et que la Ducati pédale plus que les autres en ligne droite. Et à Barcelone, l’Italien a profité que personne n’avait de grip en économisant ses pneus grâce, là-encore, à la vitesse de sa moto. Les Yamaha sont passées à travers à Jerez et à Barcelone pour les raisons invoquées plus haut alors que les Honda ont assez bien fonctionné sur les circuits où elles avaient fait des essais. Quant à Austin, on sait que Marquez y est intouchable.

Olivier : Peux-tu faire un point sur les rumeurs qui circulent et annonces d’Eurosport concernant Morbidelli et Lowes ?

Le management de VR46, qui gère la carrière de Morbidelli, aurait bien aimé mettre l’Italien sur une Yamaha mais il n’y en a plus de disponible pour 2018. Il a une offre du team VDS qui ne semble pas pour l’instant au goût de ses managers. Pourquoi pas l’imaginer chez Suzuki à la place de Iannone ? Quant à Lowes, bien que sous contrat avec Aprilia il pourrait trouver un accord pour lâcher une moto sur laquelle il n’arrive à rien. Ses employeurs ne sont pas satisfaits et lui non plus. Son avenir pourrait donc se jouer entre un retour en Moto2 et un passage en Superbike.

Christian : Que se passe-t-il chez Suzuki, le départ de Viñales ne pouvant tout expliquer ?

Iannone ne s’est toujours pas remis d’avoir été viré de chez Ducati et il ne s’adapte pas à la Suzuki. Quant à Rins, il n’a pour l’instant terminé qu’un Grand Prix. Avec un seul pilote, je pense qu’il est bien difficile de tirer des conclusions sur le niveau de performances de la moto. Une chose est sûre, Davide Brivio peut s’en vouloir d’avoir laissé partir Viñales, d’avoir viré Espargaro et de ne pas avoir confirmé Zarco.

The13duke : Considérant que le réservoir des MotoGP cube 22 litres, et que le GP de Catalunya se courrait sur 129 km, peut-on considérer que les MotoGP consomment plus ou moins 17 litres/100km ?

Toutes les courses MotoGP se font sur une distance qui varie entre 110 et 130 km. Sachant que les réservoirs font 22 litres et que tout le monde essaie d’optimiser la conso, on tourne donc entre 18 et 19 litres au cent.

Harry : Vu les vitesses de pointe atteintes devant les stands (tous circuits), les pilotes peuvent-ils réellement lire (ou décoder) en pleine baston le panneau d’information de leur stand ? J’avais lu quelque part (époque Sheene/Spencer) que les top pilotes voyaient parfois, selon les conditions, comme au ralenti ce qui leur permettaient d’anticiper un fait de course à la vitesse de l’éclair… Légende ou une faculté réelle ?

Bien évidemment, les pilotes de Grands Prix ont une acuité visuelle bien supérieure à celle du commun des mortels. Pour se convaincre que la perception de la vitesse n’est pas la même pour tout le monde, il suffit de se repasser les premiers tours du Grand Prix d’Italie et d’apprécier le guidonnage de Dovizioso… Sinon, lire les infos sur un panneau est plus ou moins facile -même si la taille des panneaux est conséquent-, moins du fait de la vitesse des machines que de la forêt que forment ces panneaux quand les pilotes sont en paquet, comme en début de course. N’oublions pas que les pilotes disposent de leurs chronos (temps au tour et partiels) sur leur tableau de bord et que le panneautage est surtout utile en fin de course pour gérer les écarts sur les adversaires, ou pour faire passer un message sur la pertinence d’utiliser telle ou telle map.

Benj’ : A la vue de ses perfs et de sa différence de salaire avec Lorenzo, Dovi pense-t-il à renégocier son contrat ? Étant donné le grip quasi inexistant du circuit, est-il prévu qu’il soit resurfacé comme l’a été celui du Mans ? Les pilotes semblaient s’être tous ligués contre Michelin ce week-end (surtout Miller/Crutchlow), est-ce vraiment un souci de pneus et dans ce cas quelle serait la marge de manœuvre des pilotes la dessus ? Toujours la même question : on trouve quoi dans la Lunch Box des Ducati ? Faut-il envoyer un lot de calmant à Hervé Poncharal, j’ai l’impression que vu son stress à chaque GP, il finira pas la saison (en tout cas ses ongles n’iront pas au bout ça c’est sur).

Avec ses deux victoires, Dovi vient certainement de compenser la baisse de salaire qu’il avait dû accepter à l’arrivée de Lorenzo. L’Italien aurait en effet négocier de juteuses primes en cas de succès. Pour le revêtement de Barcelone, oui, la demande a été formulée par Carmelo Ezpeleta. Petit problème, les finances du circuit sont au plus bas et il n’est pas acquis que les travaux soient réalisés. D’autant que la chicane doit elle aussi être remaniée. Voilà pourquoi il s’est dit le week-end dernier que le Grand Prix de Barcelone pourrait être la première des quatre courses en Espagne à disparaître du calendrier. Pour la lunch box, je donne ma langue au chat, mais promis je vais tenter de trouver la réponse. Et pour Poncharal, ne vous inquiétez pas, il en a vu d’autres…

23 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Dr nazeAllez jouer avec les garçonnets de votre âge quant à Valentino Rossi son palmarès rend risible vos diatribes immatures ( quinze ans et Premiere mob ) réglez vos problèmes de petit EGO avec lui en dehors de ce site vous polluez et n’apportez rien …

    Répondre
  2. Aujourd’hui, jeudi 15 juin 2017,
    375 jours sans victoire,
    rossi n’a toujours pas gagné un seul gp cette saison.
    Les fans de valentino n’ont toujours pas été libérés.

    Répondre
      1. pour chaque insulte de ta part, triso, je posterai DIX fois sur grossi ;
        on va bien voir tu veux réellement que j’arrête, ou si tu veux que ça continue, en*ulé de toi.

        Répondre
  3. Bonjour Dr Fatalis

    tu comptes venir tous les jours sur les news de gp faire ton foin?
    ou c’est juste parce que tu n’as pas eu de réponse à ta question du 13 juin qui n’en était pas une?

    et ce décompte tu vas le faire aussi pour le 99 qui n’a pas encore gagné? Et peut être aussi pour le 5? ou tout autre pilote qui n’a pas encore gagné un gépé???

    Répondre
    1. Bonjour machin,
      oui, chaque fois qu’un gus comme toi va venir me brancher, je vais la refaire !!!
      « Aujourd’hui, dimanche 18 juin 2017,
      les otages français au Liban ont été libérés,
      mais rossi n’a toujours pas gagné un seul gp depuis 378 jours,
      les canaris rageux n’ont toujours pas été libérés ! »
      _________________________________
      Je fais ce décompte uniquement pour ceux qui roulent avec 1 des 4 motos qui peuvent gagner le titre,
      à savoir les 2 Repsol et les 2 Yamaha bleues.
      Je ne pense pas que la Ducati soit LA machine pour le titre (mais j’espère me tromper)
      rossi est le seul « pilote » du top 5 à ne pas avoir gagné en 2017.
      Fait.

      Répondre
  4. La seule et unique Rockstar du plateau Motogp reste et restera Poncharal.

    Enfin un mec cool et détendu, qui joue carte sur table, pas comme tous c’est pilote avec leur sourire de façade prêt à planter leur plus beau couteaux dès qu’un truc cloche.

    Répondre
  5. Bonjour michel : 1 an pile sans victoire pour rossi, si vous deviez rajouter un chapitre à votre livre sur rossi,
    quel serait le titre:
    « rossi, la traversée du désert »… (donc qui pourrait se finir, et renouer avec un titre)
    « le malade imaginaire » … (donc blessé mais pas trop)
    ou « valé: l’année de trop ? » … (donc il est trop tard, ça ne reviendra pas)

    Merci ! (veuillez noter qu’il n’y a aucune « haine  » dans mes propos….)

    Répondre
    1. Cher Dr Fatalis, et si derrière toute cette haine que vous nourrissez à l’endroit de votre Ralentino Grossi se cachait tout simplement la peur de le voir prendre sa retraite, vous laissant alors seul à votre désespoir ne plus pouvoir dire toute votre aversion à son égard ? Ce n’est bien évidemment là qu’une hypothèse… En vous souhaitant un agréable week-end d’amour et de paix.

      Répondre
  6. Encore avec la haine ? LOL, décidément, ça relève de le psychiatrie ! (ou un bon « Larousse » ?)
    On ne peut plus donner des FAITS sur un gars sans que ses fans ou son biographe de MR y voient autre chose !!!
    Vous devriez lire les commentaires sur ce site à propos de Marquez ou Lorenzo pour voir de la haine, de la vraie…
    surtout depuis début 2015 (bien avant sepang).
    Enfin je vous rassure cher Mr Turco, de même que Stoner fait parler de lui chaque jour, malgré une retraite qui date
    de 2012, je continuerai à donner librement mon avis sur vr bien après sa retraite ! Hypothèse caduque, donc.
    _________________________________________
    C’est vrai que quand on vit de cette poule aux oeufs d’or, comme toute la presse française moto,
    il faudrait être fou, ou tout simplement professionnel pour dire la vérité sur la gallina vecchia !

    _________________________________
    Aujourd’hui, vendredi 16 juin 2017,
    375 jours sans victoires pour rossi,
    les otages français au Liban ont été libérés,
    mais les fans de valet sont toujours prisonniers,
    toujours aucune victoire en 2017.
    A demain !!!

    Répondre
  7. Bonjour Michel,

    les commentateurs SBK (sur la chaine WorldSBK) commencent à parler transferts. Ils ont annoncé l’arrivée de Tito Rabat et le retour de Loris Baz en SBK pour l’année prochaine.

    Parle-t-on déjà des transferts en MotoGP (à part chez Tech3 où tout est réglé pour 2018) ?

    Répondre

Ecrire un commentaire