Nouveauté 2018 : Honda CB1000R



Au salon Eicma de Milan 2017, Honda fait très fort en dévoilant une famille issue du concept Neo Sports Café. La nouvelle CB1000R 2018 focalise déjà l’attention des fans de roadsters… pas comme les autres !

Beaucoup l’attendaient cette nouvelle Honda CB1000R 2018, et la voici enfin, dans sa version définitive ! Et le moins que l’on puisse dire ou écrire, c’est que le constructeur japonais a décidé de se démarquer de la production courante.. Les premières photos de la nouvelle Honda CB 1000 R 2018 nous dévoilent une moto qui apparaît tel un véritable contrepied à la tendance actuelle et… c’est tant mieux !

Honda avait déjà laissé échapper quelques indices avec le concept Neo Sports Café, dévoilé tout récemment au salon de Tokyo. On y avait découvert un prototype de roadster moderne, certes, mais pas du tout inscrit dans la tendance actuelle du style Manga cher aux Kawasaki Z1000(R) ou à la Yamaha MT-10(SP) par exemple. Pour sa part, le numéro 1 mondial revient à un style beaucoup plus sobre, adouci, épuré. Certains pourraient même le regretter par rapport à la dernière CB1000R justement très typée. Mais ce faisant, le constructeur japonais affiche sa volonté de revenir à un design plus intemporel, reprenant les codes du roadster et du café racer. Un choix qui lui permet de limiter le nombre de pièces en plastique pour l’habillage (il n’en resterait que six) au profit de l’aluminium. Honda avoue même avoir suivi « une démarche minimaliste et rétro-industrielle en s’émancipant du diktat imposé des déclinaisons roadsters des modèles sportifs type RR« . Ainsi, cette « rupture » fera date, cette nouvelle CB1000R 2018 pourra facilement prendre place dans le musée Honda à la suite des récentes CB900F Hornet, CB1000 Big One ou encore CB1300F.

Côté technique cette fois, Honda a retenu des solutions connues et efficaces. A commencer par l’emploi d’une version assagie du moteur de l’hypersportive CBR1000RR. Entendez par « assagie » le fait que la puissance maximale ait été abaissée de 192 à 145,5 chevaux, soit tout de même 20,5 chevaux de plus que l’ex-CB1000R et dans l’absolu, une puissance plus que respectable quand il s’agit de se battre contre le vent sans même une pauvre bulle ! Et ce d’autant plus que les courbes ont été retravaillées pour offrir un maximum de couple à mi-régime.

Les rapports de boîte, notamment les trois premiers, ont été raccourcis (env. 4%) et Honda de préciser que la nouvelle CB1000R abat le 0 à 130 km/h plus rapidement que l’hypersportive ! La nouveauté tire aussi parti de son poids revu à la baisse, avec pas moins de 12 kg de perte sèche (!) soit un poids tous pleins faits de 210 kg selon nos calculs et 212,7 kg selon Honda (nous ne manquerons pas de la peser à l’occasion de notre essai). Quoi qu’il en soit, voilà un rapport poids/puissance (212,7 kg/145,5 ch.) qui promet d’ores et déjà de très belles sensations !

Le cadre de type « mono backbone » (ou « à épine dorsale ») soutient le moteur dans la partie supérieure, à l’arrière et à l’avant, comme l’ancien modèle. Mais il est désormais en acier plutôt qu’en alu, ce qui ne l’empêcherait pas d’afficher 2,5 kg de moins, tout comme les platines latérales (en aluminium). On retrouve toujours, et c’est tant mieux, le très beau monobras oscillant en aluminium qui fait partie de l’héritage stylistique de la CB 1000 R.

L’échappement, à double sortie, participe lui aussi à l’allègement général  (il « maigrit » de 15,7 kg à 11,2 kg, soit 4,5 kg de moins), et sa sonorité au-delà des 5 500 tr/min promet de se montrer excitante, selon Honda. Les suspensions, confiées à Showa, sont haut de gamme, de la fourche inversée SFF Big Piston au mono amortisseur d’un standard équivalent. Le freinage ABS de série ne semble pas ajustable ou déconnectable. A confirmer. Plus étonnant, Honda a retenu un pneumatique arrière très large (190/55 x 17 contre 180/55 x 17) monté sur une jante de 6 pouces, et une répartition des masses « sur l’arrière » (48,5% AV, 51,5% AR), ce qui ne favorise pas, en principe, l’agilité. En contrepartie, les accélérations sur les trois premiers rapports promettent de copieusement alléger la direction, du fun en perspective ! A noter également, la selle culmine à 830 mm, soit une hauteur peu favorable aux petits gabarits.

Côté électronique, on retrouve sensiblement le même package que celui qui équipe la dernière mouture de la CBR1000RR Fireblade. L’accélérateur électronique Throttle By Wire assure la liaison avec le boîtier ECU et coordonne l’action des aides au pilotage que sont les modes de conduite (standard, rain, sport et user – à la carte), les trois niveaux de puissance disponibles, les trois niveaux de force du frein moteur (Engine Brake) et les trois niveaux de contrôle du niveau de couple (Honda Selectable Torque Control), soit le contrôle de traction de Honda. Ce dernier est déconnectable.

Sur la CBR1000RR, la gestion de la poignée des gaz et du contrôle de traction sont souvent critiqués par les pilotes sur circuit, car le filet de gaz est jugé trop brutal. Restera à voir ce qu’il en est du côté de ce nouveau roadster qui, sur le papier, en promet beaucoup…

Avec Moto-Station

7 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Belle moto. Mais des 4 cylindres ne font plus rêver. Messieurs de chez HONDA vous aviez sorti une moto de rêve non égalée ce jour «  » CBX 1000 6 cylindres «  » De grace refaite nous une réplique ( pourquoi pas une 1100 RS avec 2 cylindres de + )
    Je possède une 750 FOUR et aujourd’hui je ne bave pas.

    Répondre
  2. … ou alors un beau V4, pour rester dans la tradition maison. Je trouve incompréhensible que Honda en reste au 800 sur la VFR, par exemple. Mais même sur un roadster, le V4 a « toute » sa place. Il n’y a qu’à voir le succès (d’estime au moins) des V4 Aprilia, ou dans une version plus roturière mais plébiscitée, le succédané de V4 proposé par Yamaha (Crossplane).

    Répondre
  3. Pour mon compte je l’a trouve très moche, je préfère rester sur mon CB1000R de 2013.
    Je ne reconnais aucun trait de CB1000R sur cette nouveauté bobo/hipster.
    Seul point positif pour moi sur cette version, les chevaux en plus…meme si je pencherai plus du coté suzuki avec le GSX-S 1000 2017 noir mat.

    Répondre

Ecrire un commentaire