Essai Triumph Speed Triple : les réponses de Moto Revue

Essai Triumph Speed Triple © DR


Vous avez posé vos questions à Thomas Chignac, parti essayer la nouvelle Triumph Speed Triple pour Moto Revue. Voici ses réponses.

Sébastien : Le moteur de la nouvelle Speed Triple a-t-il été remanié de fond en comble ?

TC : Tout dépend de ce que tu entends par “de fond en comble”… Dans les grandes lignes, le trois-cylindres reste identique mais Triumph annonce tout de même 104 changements internes, et pas des moindres (pistons, arbres à cames, chambre de combustion etc.). Le tout pour à la fois lui faire passer la norme Euro4 tout en lui offrant davantage de puissance (+ 5 ch, soit 140 ch désormais) et de couple (+ 0,1 mkg au max) sur les mi-régimes. Et ce que l’on ressent immédiatement, c’est le gain de vivacité : le moteur affiche bien moins d’inertie, ce qui est autant bénéfique aux performances mécaniques qu’aux capacités dynamiques.

François : Le rodage sur les nouvelles moutures sera-t-il aussi contraignant (1600 bornes par paliers successifs) que sur les modèles précédents ? Le changement annoncé de plus de 100 éléments moteur change peut être la donne… Les accessoires des modèles antérieurs comme poignées passager ou Top Bloc moteur resteront ils compatibles ?

Concernant le rodage, et après concertation avec les responsables de Triumph, cette indication de 1600 km reste effectivement sur le réservoir des machines neuves. Mais cette donnée est aujourd’hui obsolète : Triumph conseille de se limiter à la moitié, soit 800 km à effectuer de façon graduelle dans les montées en régime. Du côté des accessoires, les poignées passager deviennent spécifiques (elles sont d’ailleurs dispo en option) tandis que les protections latérales devraient en toute logique rester compatibles, le cadre n’ayant pas été modifié (à vérifier en concession avec un revendeur).

Bruno G. : Y’a-t-il une vraie différence de plaisir de conduite entre les deux modèles ?

Nous n’avons malheureusement pas eu l’occasion d’essayer la version S, seule la R était présente lors du lancement presse. Mais je doute qu’il y ait de grandes différences de comportement, si ce n’est sur circuit, soit en contrainte extrême…

Stéphane : Quels seront les prix des deux versions et pour un pilote « lambda » la différence de prix entre les deux versions vaut-elle le coup ?

La Speed Triple S est affichée à 12 100 € (une véritable affaire selon nous, compte-tenu de son évolution générale et de son niveau d’équipement) quand la version R réclame 1 700 € supplémentaires. Je pense qu’il n’est pas forcément question de pilote “Lambda” ou de pilote “Expert” pour que l’écart de prix soit justifiable ou non. Même si je n’ai pas eu la chance de tester le modèle S, je doute que l’écart soit si significatif. Selon moi, à moins d’être un amateur de “beau matériel” (suspensions Öhlins, pièces carbone, sabot et autres pièces distinctives), mieux vaut se tourner vers la moins chère des deux.

Loïc : Le shifter est-il de série ?

Non, le shifter ne fait pas partie des équipements de série sur les nouvelles Speed. Il est disponible en option pour 412 €.

Jérôme : J’aimerais avoir votre avis concernant la prise au vent car dépourvu de bulle cela ne doit pas être très agréable, même à 90 km/h… Une option de prévue peut être ?

Certes, avec son nouvel avant plus bas que sur le précédent modèle, la nouvelle Speed Triple n’est pas un modèle de protection… C’est même quasiment nul ! Mais on n’achète pas un roadster, surtout de ce style (sportif), pour sa protection : disons que ça fait partie des inconvénients mais que ça participe aussi, du moins en partie, aux sensations. Une option existe bien pour tenter de palier à ce “défaut” : un petit déflecteur, lequel s’installe au sommet du mini saute-vent (70 €).

Speed-29 : Triumphiste convaincu et propriétaire d’une Speed de 2009, j’ai été quelque peu refroidi par la refonte du modèle en 2011. Perte d’identité visuelle (où qu’ils sont mes beaux phares ronds ?) et caractère moteur s’éloignant du concept Speed… Ce nouveau modèle semble vouloir renouer avec le modèle que je possède (enfin c’est ce que me vendent les concess’ dans le coin). Ton avis sur le sujet ? Ce Speed est-il le digne héritier du roadster couillu qui en a fait une moto de légende ?

Pour moi, cela ne fait aucun doute, même si je ne trouvais déjà pas que l’actuelle mouture avait forcément perdu son âme… Les nouvelles prestations mécaniques, plus nerveuses, sans changer totalement, gagnent en personnalité (la sonorité plus profonde y participe). Elle a intelligemment évolué, devenant à la fois plus classe et aussi plus agressive. Et si les feux ne sont pas redevenus ronds dans leur forme extérieure, le réflecteur interne oui.

Bruno C. : La nouvelle Speed a-t-elle un indicateur de rapport engagé ? Pour la circulation inter-files, il y a-t-il enfin un warning et l’envergure des nouveaux rétros en bout de guidon est-elle raisonnable ? La boîte de vitesse est-elle plus souple et moins bruyante que sur le modèle précédent ? Le confort de la passagère est-il pris en compte sur la nouvelle selle ?

Oui, un indicateur de rapport engagé est désormais présent sur l’afficheur numérique. Les warnings sont aussi disponibles (commodo droit) et les nouveaux rétros offrent une excellente vision arrière. En revanche, effectivement, ils peuvent ponctuellement devenir gênant au moment de se faufiler en interfile lorsque ça devient très serré. Pour ce qui est de la boîte, difficile de se montrer affirmatif quant à davantage de douceur sans avoir directement comparé. En théorie, ça devrait être mieux, mais le changement n’est pas spectaculaire. En revanche, la commande d’embrayage est elle bien plus douce (système anti-dribble). Enfin, nous n’avons pas eu le temps de tester la place passager, mais il y a fort à parier que le confort reste peu ou prou le même que sur la précédente génération.

Steeve : Ayant eu l’occasion d’avoir le modèle précédent, est-ce que la différence de poids se fait sentir ? La génération précédente était une super machine mais en mode cool elle se montrait un poil pataude…

Il n’y a pas de différence de poids selon Triumph. Bien entendu, nous ne manquerons pas de vérifier cela lors d’une future comparaison avec ses rivales lorsqu’elle passera dans nos locaux. Mais si le poids total ne varie pas (ou très peu), la sensation apportée par l’inertie moindre du moteur limite sensiblement l’effet “pataud” que l’on connaissait. Ce n’est toujours pas aussi vif et agile qu’une KTM 1290 Super Duke R par exemple, mais mieux que par le passé.

3 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Et la Triumph Thruxton R, quand allez-vous l’essayer ? Il y a un essai dans le Moto Journal de ce mois, Elle serait livrable dès le mois d’avril, mais j’aimerais vérifier certains points :
    – la puissance réelle, le couple réel
    – le son des pots, il n’est pas abordé
    – la consommation et par conséquent l’autonomie
    – la vitesse maxi
    – le prix (14 900 €), justifié ou non ?
    Merci.

    Répondre

Ecrire un commentaire