Les machines du Superbike mondial testées par Moto Revue

Les machines du Superbike mondial testées par Moto Revue


Moto Revue a eu la chance d’essayer les machines du championnat du monde Superbike sur le tracé de Portimao après l’ultime épreuve de la saison. Voici ce que Thomas Chignac, chef des essais de Moto Revue, a ressenti en descendant de la Yamaha R1 de Ben Spies, champion du monde 2009.

(…) La voilà, cette fameuse R1, vociférant de façon très animale au travers de son double échappement grâce au calage spécifique de son quatre-cylindres. J’étais d’ailleurs persuadé qu’il s’agissait de la plus facile du lot, et que ce serait à son guidon que tout me paraîtrait plus évident. Il n’en est rien. C’est même tout l’inverse. L’ami Spies, c’est un bûcheron ! Un constat d’évidence après avoir bouclé quatre tours aux commandes, très viriles, de sa R1. Autant les autres 4 en ligne ne semblent pas trop éloignés de leurs homologues de série, autant la Yamaha en est à mille lieues.

Ultraphysique, exigeante jusque dans la position de conduite imposée (guidons très écartés, cintrage très ouvert), elle déroute autant qu’elle impressionne. Même la boîte réclame un pied gauche à la fermeté assurée. Cerise sur ce gâteau pour le moins copieux, la puissance délivrée est la plus impressionnante de toutes, surtout haut dans les tours. Même en quatrième, la machine ne demande qu’à se dresser sur sa roue arrière pour peu qu’on lui tire un peu sur le guidon ! Heureusement pour moi, même si ça a pu se montrer un poil frustrant dans certaines portions du circuit, l’électronique coupe toute velléité de figures inconvenantes.

Comme l’ESP d’une bagnole moderne muselle la moindre dérobade, la technologie embarquée de la Yam’ l’empêche de trop se cabrer, tempère le couple lors des accélérations et donne un coup de gaz au rétrogradage, permettant au passage de se concentrer sur le freinage, voire même de se passer de débrayer… Notez que, paradoxalement, au sommet technologique qu’elle représente, la R1 est la seule machine démarrant avec un système classique : un bouton sous le pouce droit ! Quatre tours seulement, mais une bonne suée tout de même. Et de sérieuses douleurs musculaires dans les bras. Chapeau Ben. (…)

Retrouvez l’essai des autres machines du SBK mondial dans le Moto Revue n°3870 en kiosque jusqu’au 18 novembre prochain.

Les machines du Superbike mondial testées par Moto Revue

Les machines du Superbike mondial testées par Moto Revue

Les machines du Superbike mondial testées par Moto Revue

Les machines du Superbike mondial testées par Moto Revue

Les machines du Superbike mondial testées par Moto Revue

Les machines du Superbike mondial testées par Moto Revue

Les machines du Superbike mondial testées par Moto Revue

Les machines du Superbike mondial testées par Moto Revue

Les machines du Superbike mondial testées par Moto Revue

Ecrire un commentaire



*