Nouveauté 2018 : Ducati Panigale V4

Ducati Panigale V4 (S) EICMA 2017


C’est la sensation sportive du salon Eicma de Milan 2017 ! La nouvelle Ducati Panigale V4 (S) représente la nouvelle vitrine du constructeur Italien. Visez un peu : 214 ch. et 195 kg tous pleins faits…

2018 marque une rupture sans précédent pour Ducati. En adoptant une motorisation à 4 cylindres en V – « Desmosedici Stradale » – sur sa nouvelle hypersportive Panigale V4, le constructeur de Bologne franchit un nouveau cap dans son histoire, tournant la page sur des décennies d’utilisation de moteurs bicylindres. Et pour ne rien gâcher, la nouvelle Ducati Panigale V4 (S) s’annonce, sans doute, comme l’une des plus exceptionnelles sportives de route jamais conçues.

Malgré tout le caractère exceptionnelle qui entoure cette nouvelle moto, la Panigale V4 n’en est pas pour autant la première Ducati à moteur V4. La première MotoGP de route, la fameuse Desmosedici RR (produite entre fin 2006 et début 2008), utilisait déjà un moteur V4 tout simplement dérivé de la base mécanique utilisée en MotoGP. Il s’agissait alors, ni plus, ni moins, que d’une version homologuée, assagie et relativement fiabilisée de la moto de Grand Prix, aujourd’hui un véritable collector ! Mais, si l’on remonte encore plus loin, en 1963, Ducati avait travaillé sur un moteur V4, conçu sur la base de l’accouplement de deux moteurs bicylindre en L, pour équiper une moto destinée au marché US et qui ne sera jamais produite : l’Apollo. Malgré tout, si le V4 n’est pas inédit chez Ducati, il n’en reste pas moins que l’arrivée de cette architecture en « grande série » cette fois annonce belle et bien une étape majeure dans l’histoire de la marque.

Si cette nouvelle Ducati Panigale V4 (S) reprend la ligne de la Panigale, elle s’en distingue avec un profil sensiblement plus torturé et une face avant dotée d’entrées d’air plus généreuses. Dire qu’elle affiche une ligne moins sculpturale serait peut être déplacé, mais peut être est elle moins fluide, voire moins latine selon certains. La nouvelle hypersportive souffre peut-être aussi de la concurrence japonaise qui a su revoir son style au fil des ans ; les dernières production, notamment chez Yamaha ou Honda, ne manquant pas d’allure. Aussi, la Ducati Panigale V4 possède d’autres arguments pour donner le vertige, et notamment des données techniques ahurissantes !

C’est bien évidemment pour augmenter ses performances et donc la puissance que Ducati a choisi d’abandonner le bicylindre Superquadro au profit du Desmosedici Stradale. Le L2 devenait trop coûteux en développement et trop pointu en course (WSBK) pour en tirer le meilleur et surtout décrocher le titre mondial. En outre, grâce au MotoGP, Ducati commence à posséder une très solide expérience du V4 sportif. Dès lors, la décision fut prise et la nouvelle ère V4 allait débuter.

Le moteur de la nouvelle Panigale V4 (S) cube donc 1 103 cm3, car il utilise la même valeur d’alésage que le moteur MotoGP (81 mm, limite fixée par le règlement) et une valeur de course rallongée pour atteindre 1 103 cm3. Ducati l’a voulu ainsi pour rendre son moteur plus docile en usage routier et/ou sportif sur circuit, donc suffisamment coupleux et pas trop pointu. Accessoirement, avec un moteur utilisant des cotes moins extrêmes, Ducati se met davantage à l’abri de pépins mécaniques. En revanche, cette cylindrée s’avère trop élevée pour répondre à l’homologation en championnat du monde Superbike, ce pourquoi le duo Chaz Davies et Marco Melandri poursuivront l’an prochain avec la Panigale R… pour un an seulement, une Panigale V4 R de moins de 1 000 cm3 fera à coup sûr son apparition.

Et pour museler cette fantastique moto de route, véritable fusée sur roues qui attrape, parait-il, les 299 km/h compteur en un temps record, rien de mieux qu’une électronique de pointe, véritable béquille pour le pilote lambda, voire le commun des mortels tout simplement. Ainsi, la Ducati Panigale V4 fait le plein d’aides au pilotage, comme le Ducati Traction Control, les modes de conduite, l’ABS avec prise en compte du degré d’inclinaison, le shifter evo pour descendre et monter les rapports sans toucher le levier d’embrayage (comme en MotoGP finalement), le contrôle du frein moteur, etc, etc.

A signaler que la dernière génération de centrale Bosch inertielle à six axes mesure aussi le patinage en courbe (ou Ducati Slide Control), de quoi se prendre pour Chaz Davies ou Andrea Dovizioso… dans l’esprit surtout, car en moto et sur circuit (aussi), toutes les assistances du monde ne remplaceront jamais l’expérience, le savoir-faire, le don…

Et côté partie-cycle, Ducati a retenu une nouvelle mouture de son cadre monocoque en aluminium qui se fixe directement sur les culasses du V4. A noter que son coloris gris le distingue de son prédécesseur. Il a été redessiné car le V4 ouvert à 90° est incliné de 42° vers l’arrière (comme sur la MotoGP) pour libérer de l’espace derrière la roue avant et ainsi loger le plus volumineux des radiateurs de refroidissement. Car ce nouveau V4 doit certainement dispenser moult calories et, souhaitons-le, ne pas trop consommer sachant que cette architecture est souvent plus gloutonne (cf le V4 de l’Aprilia RSV4 qui en a toujours souffert). Pour mieux passer la puissance au sol, Pirelli a développé un pneumatique en 200/60 ZR 17.

Signalons que Ducati proposera également une version S de la Panigale V4, équipée de suspensions Öhlins en lieu et place des éléments Showa et Sachs de la standard, ainsi qu’une version « Speciale », dotée d’une ligne d’échappement Akrapovic, de pièces en magnésium, de roues allégées, d’une selle en alcantara… On n’ose imaginer le prix de vente.

Avec Moto-Station

 

3 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. TUDJIOU !!! magnifico…. on reste sans voix. A propos de voix, sur la vidéo, elle couine drôlement fort dans les tours ! encore
    plus que le V4 de la RSV qui n’est déja pas aphone !
    Au fait… en parlant de vidéo…. enfin une vidéo sur circuit d’un constructeur qui n’est pas polluée par de la musique pourrie ? Alléluia !
    Dieu existe ! Ils ont fini par comprendre. C’est la 1ère fois depuis… heu… le net existe depuis quand déja ? 😉

    Par contre, trop de cc pour le SBK, pas GLOP ça ! Davies et Melandri vont devoir se taper le Twin un an encore ?! Après les 3 années de roustasses qu’ils viennent de se prendre par l’incroyable Hulk, faut être motivé.

    Il me tarde de la voir en vrai, même à l’arrêt, sur la photo de profil, on dirait qu’elle est en train de faire un freinage de gruik-gruik …
    Manque juste le prix, pour savoir si je ne pourrai pas me l’offrir, ou si je ne pourrai pas du tout, me l’offrir.
    Stoner fera la présentation presse sur circuit ? chaud les marrons…

    « le cadre fixé sur les culasses.. » … donc c’est plus vraiment un cadre alors, c’est un moteur 100% porteur … comme la Panigale L2 …

    Répondre
    1. Garder 1 an de plus le V2 en SBK…
      Moi aussi je pensais que c’était une erreur, jusqu’à ce que je me rappelle les changements de règlement qui entrent en vigueur la saison prochaine. Devoir adapter une toute nouvelle moto aux circuits + se coltiner des limiteurs de puissance en fonction des résultats, deux choses qui risquent de perturber la saison des rouges.
      Il vaut peut-être mieux gérer une galère à la fois.

      Répondre

Ecrire un commentaire